• Léna

Semaine 53 : de Scotch Hill à Sainte Catherine de la Jacques Cartier

Lundi 15 juillet 2019, Gilles et Thomas se lèvent les premiers et profitent de ce moment pour échanger autour du feu. Thomas a également une expérience du voyage à vélo. Il est parti il y a quelques années pour un tour du monde et s’est finalement arrêté après deux années et a pris racine à Taïwan pour apprendre le chinois. Il y vit maintenant et parle couramment chinois. C’est impressionnant de l'entendre alterner français et chinois.


Pour le petit déjeuner, c’est gruau (flocons d’avoine) au feu de bois. Jean a fabriqué un trépied sur lequel il accroche une marmite. La matinée passe vite, nous discutons autour du feu, Jean nous explique la construction du dôme, nous montre ses livres d’hôte, un vrai trésor. Il a demandé à chaque personne qui l’a hébergé de lui écrire un mot. 11 années de voyage, 15 carnets remplis où se côtoient  une grande partie des langues de notre planète. 



Gilles, qui adore les feux de bois, s’occupe de la cuisson des œufs et des pâtes. Avant de passer à table, nous faisons la cérémonie de la passation du livre : nous transmettons le livre à Jean qui ensuite le remet à Thomas. La boucle est bouclée. Le livre a voyagé pendant 4 ans et a fait le tour du monde dans les sacoches de cyclotouristes français. 



Dans l’après-midi nous nous rendons à Asbestos, une ancienne mine d’amiante à ciel ouvert.


Site d'extraction de l'amiante à Asbestos


Au retour, Bonnie et Thomas nous quittent et nous demandons à Bonnie de nous écrire un petit mot.


Nous allons tous faire une sieste puis soupons et parlons autour du feu. Jean a sorti la guitare de son fils et Gilles et Maëlle  nous offrent de jolies mélodies. Jean nous raconte des moments de son voyage et notamment les sons. Il nous montre des vidéos de chants d’Afrique du Sud où la chanteuse utilise des clics, claquements de langues. Puis il est grand temps d’aller nous coucher.








Jean et son super dôme

Mardi, nous nous levons tranquillement et profitons encore quelques heures de Jean. Au moment du départ, Jean nous demande de lire à tour de rôle le mot que nous lui avons écrit dans le carnet d’hôtes. Quand mon tour arrive, je m’adresse à Jean avec beaucoup d’émotion. Les larmes montent, ce qui n’étonne pas les enfants qui ont l’habitude de se moquer de moi quand je pleure devant un film (je pleure facilement). Vient le tour de Gilles qui n’en mène pas large. Les larmes lui viennent aussi.


Nous espérons revenir un jour au dôme et expérimenter un peu plus longtemps la vie que mène Jean au cœur de la nature. J’adorerai revenir en hiver, tout est recouvert de neige et il faut descendre de la forêt en raquettes pour accéder à la route. Nous redescendons le mont Scotch encore émus et heureux de cette merveilleuse rencontre.


La journée nous réserve encore son lot d’émotion. Ce soir, nous retrouvons Fanny (la sœur cadette de Gilles), Arnauld, Paloma et Félicie. Ils viennent passer quelques semaines au Québec pour les vacances d’été.


Les 11 000 km !!!

Après 4 kilomètres, nous nous arrêtons. Ce sont nos 11 000 km et cela fait exactement un an que nous sommes partis. Le 16 juillet 2018, le lendemain de la victoire des français au mondial de football masculin, nous fermions notre maison et partions sans réaliser que nous ne reviendrions que dans un an. Nous faisons le traditionnel selfie et reprenons notre route.


La Route Verte n°1

Nous rejoignons rapidement la Route Verte n°1. Les Routes Vertes sont un réseau de pistes cyclables au Québec. Les voies sont super bien aménagées. Sur ce tronçon, il y a de nombreuses haltes avec tables de pique-nique abritées, sanitaires. Gilles et les enfants aperçoivent une biche. Avant de nous rendre au camping, nous faisons le pleins de vivres à  Victoriaville.


Souper avec les cousins

Quand nous nous apprêtons à traverser la route pour accéder au camping, une voiture s’arrête. Ce sont les Prin. Quelle joie de revoir les cousins et pouvoir les serrer dans nos bras. Nous nous installons au fond du camping, isolés des caravanes et montons le camp. Puis apéro, souper et discussions autour du feu. 






Les cousins

Mercredi, nous restons au camping aujourd’hui afin de profiter au maximum des cousins. Maxime est heureux de jouer au football avec Paloma. Félicie construit une petite cabane en bois avec des brindilles et des feuilles. Nous prenons notre temps puis allons tous nous baigner dans le lac du camping. C’est concours de natation synchronisée. L’équipe de Paloma/Félicie affronte celle de Fanny/Célia. C’est vraiment chouette d’être tous ensemble.



En milieu d’après-midi les Prin nous quittent pour rejoindre la cabane dans les bois qu’ils ont louée pour deux nuits. Nous nous retrouverons vendredi et repasserons une soirée ensemble. 



Pause lecture le long de la Route Verte

Jeudi, nous retrouvons la Route Verte et apercevons un renard au loin. La journée se déroule tranquillement. En fin d'après-midi, nous arrivons à Saint Agapit. Nous profitons des sanitaires pour faire une toilette de chat et allons dîner dans le bistro du coin. A l’exception de Gilles qui commande un hamburger, nous craquons tous pour une pizza, et pour le dessert, nous nous partageons deux délicieuses parts de tarte aux pacanes (noix de pécan).


Nous partons ensuite à la recherche d'un bivouac pour la nuit. Nous installons notre camp sur le site d'une station de traitement des eaux usées.



Notre bivouac au petit matin - Saint Agapit

Vendredi, nous plions le camp et retournons à la halte de Saint Agapit pour prendre notre petit-déjeuner. Nous apercevons un animal en chemin mais impossible de savoir ce que c’est. Maxime le prénomme l’animal inconnu. Il se met à pleuvoir. Nous petit déjeunons sous la pluie abrités sous les arbres. Nous prenons notre temps. Nous avons rendez-vous à 11h45 avec les cousins pour visiter une cabane à sucre située à 17km exactement.


Maxime s'initie au métier à tisser - Saint Agapit

A côté de la halte se trouve l’atelier du cercle des fermières québécoises. J'y vais avec Maxime et nous découvrons de nombreux métiers à tisser ainsi que les créations, tissage, tricot, crochet... C’est vraiment joli. Maxime s’initie au tissage. Après leur partie de sudoku, Gilles et les filles vont également y faire un tour pendant que Maxime et moi discutons avec des cyclistes québécois. Nous avons tellement pris notre temps qu’il est déjà 10h45 et grand temps de partir.


Ta tire à la neige - Cabane à sucre

Nous arrivons à l’heure à l’Erablière du Cap et rejoignons les cousins. Le propriétaire de la cabane à sucre nous explique la fabrication du sirop d’érable. Nous pique niquons sur place et dégustons la tire à la neige pour le dessert. Il s’agit de sirop d’érable chauffé et déposé sur de la neige. Ensuite on pose un bâtonnet dessus que l’on fait tourner et cela fait une petite sucette de sirop d’érable.



En repartant, Maxime laisse son vélo à Paloma et passe l’après-midi avec Fanny, Arnaud et Félicie. Nous devons pédaler une trentaine du kilomètres pour atteindre le camping. Paloma suit super bien malgré les montées. Nous traversons le fleuve Saint Laurent via le pont du Québec, long de presqu’un kilomètre.





Arrivés au camping, nous montons le camp et allons profiter de la petite piscine. Puis nous nous régalons d’un bon barbecue préparé et offert par les cousins. Le temps est orageux. Nous voyons des éclairs au loin sans les entendre. C’est super joli de voir les nuages s’éclairer. L’orage éclate en début de nuit mais nous sommes déjà à l’abri sous nos tentes à l’exception de Fanny et Gilles qui terminent leur discussion dans la voiture. 



Samedi, nous passons la matinée dans la piscine. Une partie de passe à dix se met en place, les enfants contre les adultes et c'est vraiment chouette de voir tout le monde jouer ensemble alors que nous ne nous connaissons pas. Nous pique-niquons au camping puis les cousins partent vers Québec. Nous terminons nos sacoches et partons en direction de Sainte Catherine de la Jacques Cartier. L'étape est courte mais assez fatigante, il fait très très chaud aujourd'hui.


Souper avec Isabelle et François

François nous accueille à bras ouverts, avec boissons fraiches et pastèque. Isabelle, sa femme, arrive un peu plus tard et quel plaisir de faire sa connaissance. Maxime est heureux de retrouver des jouets. Nous nous régalons de tournedos de poulets au barbecue accompagnés de riz et d'une délicieuse salade, et en dessert, glace servie dans des coupelles en gaufrette et le must, les enfants peuvent ajouter des petits vermicelles au chocolat. La soirée se termine autour du traditionnel feu de bois.



Dimanche, après un super bon petit déjeuner avec Isabelle et François, nous partons rejoindre les cousins à Québec pour visiter le musée de la Civilisation. François nous accompagne, Isabelle qui a un entretien d'embauche dans l'après-midi ne peut malheureusement pas se joindre à nous.




Un guide nous explique l'histoire du Québec, puis nous allons voir la salle dédiée aux Amérindiens et nous terminons notre visite par un petit spectacle pour enfants et une salle sur l'observation où il faut trouver des clés, ce qui nous amuse beaucoup. Nous allons ensuite dîner, hamburgers et poutines au menu.


Nous poursuivons notre visite de la ville avec François comme super guide. La ville de Québec est vraiment très jolie, j'ai l'impression d'être dans une petite ville fortifiée française.



En fin d'après-midi, c'est l'heure des au-revoir avec les cousins. Nous rentrons retrouver Isabelle et fêtons son embauche. Pour le souper, nous nous régalons d'hamburgers maison et de bonnes glaces pour le dessert, comme la veille et c'est toujours un régal. La soirée se passe autour du feu, François a ressorti sa guitare et nous observons également Saturne et Jupiter au télescope.


Mes petits bonheurs de la semaine

  • Mon matelas gonflé par Gilles.

  • Les retrouvailles et les moments de partage avec Fanny, Arnauld, Paloma et Félicie.

  • La vie dans la forêt dans l’univers de Jean.

  • Les sudokus avec Maxime.

  • Le chipmunk qui a frôlé ma roue avant.

  • M’allonger sur un banc sous un arbre et regarder les feuilles.

  • Manger une tarte aux pacanes.

  • Regarder les éclairs de chaleur.

  • M'essuyer avec une serviette éponge qui sent bon après la douche.

  • Manger des muffins chocolat/bananes faits par Isabelle.


Encore un grand merci pour vos messages et vos encouragements. Le voyage arrive à sa fin. Bien que l'année ait été pleine de rencontres, de découvertes, je ne l'ai pas vu passer.


Ce que j'attendais de ce voyage : "passer du temps avec ma troupe et partager avec elle des expériences communes, rompre avec le rythme "boulot, métro, dodo", faire de nouvelles rencontres, découvrir de nouvelles cultures, nouveaux paysages, oser aller vers l'inconnu et accepter de ne pas tout maîtriser.". Toutes ces attentes ont été réalisées. J'ai l'impression d'avoir vécu un autre mode de vie et je commence à prendre conscience que ce mode de vie va avoir une fin, car c'est un voyage que nous avons fait et qui dit voyage dit fin. Je sais que cette expérience va s'ouvrir sur une nouvelle aventure, je ne sais pas encore laquelle, ce ne sera peut être pas facile tous les jours mais ce sera chouette, car après un an à parcourir le monde sur mon vélo, je sais qu'il ne faut pas grand chose pour être heureux. Je vais m'efforcer à noter chaque jour mes petits bonheurs car ce sont eux qui font le sel de la vie. Si parmi vous certains se posent la question d'un tel voyage, ne vous créez pas de "fausses" excuses, foncez.


A très bientôt. Léna



LE BLOG DE MAXOU


Le sirop d'érable


La découverte du sirop d'érable par Maxime

La collecte de la sève et la fabrication du sirop d'érable de nos jours, par Maxime

La cuve pour chauffer la sève d'érable

Le temps des sucres a lieu généralement de la mi mars à la mi avril car généralement il gèle la nuit et il dégèle le jour. Cette alternance de gel et dégel est nécessaire car elle permet la montée de la sève. Idéalement, la température doit être comprise entre -6°C et +6°C.


La taille minimale du tronc doit être de 20 cm de diamètre pour que l'arbre puisse cicatriser correctement et rester en bonne santé. Il faut collecter 40 litres de sève pour faire 1 litre de sirop d'érable.


0 vue