• Gilles

Semaine 42 : De Gold Coast (Australie) à Vancouver (Canada)

Mis à jour : 9 mai 2019

De l'Australie au Canada, il n'y a qu'un pas : le pas "cifique."


Vancouver vue du ciel

Lundi, nous attaquons notre dernière journée entière en Australie et nous ne réalisons pas du tout que dans deux jours nous serons au Canada. Le temps est encore passé à une vitesse incroyable et paradoxalement notre débarquement en Australie nous paraît très loin compte tenu de la densité de notre séjour. Nous y aurons vraiment apprécié les grands espaces, la connexion permanente avec la nature (et les barbecues) et la gentillesse des gens !

Pesée des cartons

La journée démarre par la finalisation du démontage des vélos et leur mise en carton, bien aidés par Lucile, ma filleule, qui aura sacrément participé à la logistique du transfert inter-continental ! Nous fermons les cartons en minimisant leur contenu aux vélos et à quelques accessoires légers pour essayer de ne pas dépasser les 23kg pour chaque carton, condition essentielle de la franchise bagage du second vol... car nous prendrons un premier vol de Gold Coast à Auckland, puis un second d'Auckland à Vancouver, chacun avec une compagnie différente et des conditions différentes. Dans notre cas, si un bagage excède 23kg, il en coûtera la bagatelle de 600$ par bagage concerné : c'est donc un point d'attention particulier. Pour peser les cartons, rien de tel que la bonne vieille balance de la salle de bain, ça devrait passer !

Le reste de la journée se concentre sur la préparation du départ, des sacoches, le rangement des lieux et un peu de musique : nous profitons encore de la présence de Lucile et de sa guitare pour jouer et chanter ensemble. Nous ferons une petite version de "Somewhere over the rainbow" entre oncle et nièce que nous vous partageons là et dans laquelle vous pourrez apprécier la sensibilité de Lulu ! C'est donc ainsi que se termine notre dernière journée en Australie.



Mardi, la matinée est consacrée au rangement et à la finalisation des bagages. A midi, nous sommes fin prêts. Lulu nous quitte pour s'en retourner vers Brisbane, et nous roulons avec un "Maxi-Taxi" (un peu le taxi de base des Australiens, surdimensionné, comme tous leurs engins roulants) vers l'aéroport où nous attendrons patiemment le départ de notre vol en soirée. Des balances "précises" nous permettent de vérifier le poids des cartons : malheur !!!! Ils pèsent tous entre 24 et 25 kg alors que la balance de salle de bain nous en donnait pour moins de 23 kg....Bon, nous verrons ça à Auckland : pour le premier vol, ça passe.

Le vol, comme d'ailleurs tous les vols ici, a du retard au départ. Nous débarquons à Auckland vers minuit après 3 heures de vol environ. Nous repartons le lendemain à 20h avec une autre compagnie aérienne, il nous faut donc récupérer nos bagages enregistrés et passer la douane. Les douaniers Néo-Zélandais sont très stricts sur les contrôles et nous devons passer tous les cartons au scanner. Dans le même temps, Léna négocie avec un douanier de ne pas envoyer une tente au labo pour analyser les éventuels résidus de terre !!! Il est plus d'1h du matin mercredi lorsque nous sortons de l'aéroport. Les consignes à bagages sont fermées, nous sortons donc avec nos 4 chariots chargés de nos vélos et de nos sacoches et nous dirigeons dans un hôtel à 1km de marche dans lequel j'ai réservé une chambre pour 4... Le temps de la marche, nous mettons au point notre stratégie afin de ne pas trop attirer l'attention sur le fait que nous sommes 5 ! Nous passons ainsi une petite nuit dans un vrai lit, nos bagages à la consigne de l'hôtel, rechargeant les batteries pour la longue journée qui nous attend le lendemain.


Mercredi 1er mai, le jour le plus long : 41 heures ! Et oui, c'est possible... Nous partirons d'Auckland le 1er mai à 20h15 et nous arriverons à Vancouver le 1er mai à 14h15, soit 6 heures plus tôt après 11h de vol !

Petite marche jusqu'à l'aéroport pour se réveiller

Nous nous levons et petit-déjeunons à l'hôtel avant de repartir vers l'aéroport en fin de matinée. L'objectif est d'aller voir bien en avance la compagnie aérienne et d'essayer de négocier avec eux le fait que nos cartons soient plus lourds que la franchise, histoire de nous laisser le temps de repackager si nécessaire. Nous tombons sur une charmante hôtesse qui n'aura aucun mal à convaincre son supérieur de nous autoriser "à titre exceptionnel" à enregistrer nos bagages tels quels. Et cerise sur le gâteau, nous pouvons les enregistrer tout de suite, ce qui va nous éviter de les mettre en consigne pour le reste de la journée. Après un petit contrôle de douane strict qui nous obligera à abandonner la graisse, le dégraissant et le lubrifiant pour les vélos, nous voici donc libres de nos mouvements à Auckland. Nous prenons un bus en direction du CBD pour découvrir rapidement l'ambiance de cette ville. Elle est bon enfant, c'est la remise de diplômes des bachelors que l'on peut croiser en tenue partout dans la ville. D'importants travaux dans le CBD ternissent quelque peu l'image de la ville, et si notre visite est rapide, nous n'avons pas l'impression de manquer grand chose. Nous mangeons un morceau en terrasse avant d'aller se promener sur le port puis de déambuler dans les rues. Nous rentrons ensuite à l'aéroport où nous embarquons dans le boeing 777 qui nous emmènera à Vancouver. Le voyage dure 11h pendant lesquelles chacun regardera plusieurs films et dormira un petit peu.

Nous arrivons donc à Vancouver à 14h le même jour, il nous reste du temps avant d'aller nous coucher et pas question de faire une sieste 😰. Le passage de douane est une simple formalité, un taxi nous emmène avec nos bagages dans la location que nous avons pris pour quelques jours à une dizaine de km du centre ville. Pour ne pas sombrer, chacun se trouve une occupation énergique : courses pour Léna et Célia, remontage des vélos pour Maëlle et moi, sieste pour Maxime... Nous nous couchons vers 22h pour une grosse nuit qui nous emmène tard dans la matinée du jeudi.


Jeudi, nous prenons donc notre temps le matin, puis nous sortons les vélos l'après-midi pour traverser les quartiers de Vancouver qui nous séparent du centre ville sur 10km. Il fait gris, il fait frais, la ville n'est pas belle (en tout cas pas cette portion), mais nous apercevons les sommets enneigés des Rocheuses au nord qui nous appellent à les rejoindre !


Dans la rue de l'Outdoor

Nous partons en quête d'équipements spécifiques à nos prochaines semaines : un peu de matériel pour réparer nos sacoches usées, de quoi entretenir nos vélos puisque la douane Néo-zélandaise nous a tout confisqué, du gaz pour notre réchaud. Nous trouvons tout avec une grande facilité dans une rue dédiée à l'Outdoor et au vélo.



Notre nécessaire à ours

Nous devons également nous préparer à rencontrer des ours dans les prochaines semaines, où justement à éviter d'en rencontrer : comme on nous l'a recommandé à plusieurs reprises, nous investissons dans des clochettes pour signaler notre présence, et dans des sprays au poivre "anti-ours" que nous espérons ne pas utiliser. Enfin nous complétons nos tenues avec des gants, les températures étant encore négatives en altitude !

Les gens avec lesquels nous discutons sont très bienveillants et de grand conseil. Nous sommes surpris par le côté cosmopolite de cette ville : l'Australie nous avait fait oublier cela. Vancouver est peuplé à plus de 50% de gens d'origine asiatique, et dans notre quartier à 80% : nous apprenons que la Chine a investi massivement dans l'économie locale. Nous sommes ensuite agréablement surpris par la courtoisie des automobilistes vis à vis des piétons et des cyclistes : là aussi nous nous étions habitués à la loi du plus fort (entendez plus gros véhicule) en Australie, où jamais un véhicule motorisé ne laisse passer un piéton, même sur un passage piéton. Après avoir fait quelques courses pour manger, nous rentrons à la nuit tombante.


Vendredi, journée travail et repos. Nous commençons à envisager notre itinéraire de façon macro : nous pensons traverser les Rocheuses pour rejoindre Calgary ou Edmonton en passant par Jasper et Banff, ce qui devrait représenter environ 1300km et un peu de dénivelés avec une étape à 1400m de dénivelé positif la semaine prochaine pour se chauffer... Nous pensons ensuite trouver un moyen pour rejoindre Toronto rapidement, avec une préférence pour une location de camionnette qui nous permettrait de nous arrêter à Winnipeg chez Jeff que nous avions rencontré en Australie. L'idée étant ensuite de passer un peu de temps du côté de Toronto pour profiter des grands lacs, voir les chutes du Niagara, passer chez des amis à Hamilton, aller passer 3 jours à New York, puis profiter du dernier mois pour nous promener à vélo sur environ 1000 km de Toronto à Québec, voire plus loin. Tout un programme qui peut bien sûr évoluer au gré des humeurs, des contraintes, des rencontres et des aspirations !

En fin de journée, je pars à vélo avec les enfants dans un centre commercial à 5 km en quête d'une carte téléphonique pendant que Léna finalise son article de blog et nous prépare de délicieuses lasagnes pour le dîner !


Samedi, nous prenons nos vélos et partons pour la journée nous promener à Vancouver. Nous faisons une balade de 40km, traversant le centre ville, puis empruntant la piste cyclable du Seawall qui longe le port, fait le tour du Stanley Park et suit English Bay. Une très belle promenade éclaircie par quelques rayons de soleil, qui redonne à Vancouver une image de jolie ville dans nos esprits.

Nous terminons la journée par une soirée "pancakes", en mode Canadien.


Dimanche, nous prenons notre temps pour nous reposer, travailler et continuer à préparer la suite. Le décalage horaire n'est pas encore complètement assimilé par nos corps. Dans les petites histoires logistiques, j'avais commandé 10 jours à l'avance des pneus sur Amazon pour qu'ils soient livrés chez mon "grand cousin" Vincent qui vit à proximité de Vancouver et que nous voyons la semaine prochaine : sans rien dire, Amazon, trouvant louche qu'un Français commande depuis l'Australie pour être livré au Canada, a bloqué mon compte et mes commandes, donc pas de pneus et beaucoup de temps à passer à essayer de résoudre cette situation qui ne l'est toujours pas au moment où j'écris ces lignes.


La semaine prochaine, nous démarrons donc notre périple canadien par les Rocheuses où nous découvrirons comment nous "loger" au fil de l'eau, les distances entre villes étant parfois importantes.


Bonne semaine à tous !


Gilles


173 vues5 commentaires