• Célia

Semaine 36 : D'Eden à Batemans Bay


Lac de Wallaga, photo sans filtre !

Lundi, nous décidons de nous poser un deuxième jour à Eden puisque qu’il est censé pleuvoir 5 à 7 cm de pluie tout au long de la journée, je me réveille à 7h et déguste mes tartines de Nutella ( c’est la règle : un pot par continent). Maëlle continue a rédiger son article pendant que je dispute une partie très serrée de ping-pong avec Maxou, je l’ai battu même si je reconnais qu’il est assez doué. Papa et Max décident d'aller faire quelques courses, ils ont enfilé leur tenue de pluie.

Papa et Maxime dans leurs tenues de pluie

Maman nous prépare de bons burgers maison pour ce midi et nous apprécions tous ce petit plaisir simple mais qui fait vraiment du bien. C’est au tour de Maman de me défier au ping-pong, cette fois je ne ressortirai pas gagnante et de-même avec Papa, ils sont bien trop forts ! Le camping est vraiment immense, nous décidons alors d’aller aux trampolines avec Maxime mais quelques minutes après nous voulons jouer au basket. Maxime va demander comme un grand si nous pouvons avoir un ballon de basket à l’accueil et en anglais ! Papa nous prépare de délicieuses pâtes carbonara avec de bons oignons et du bacon. Maxime s’est fait de nouveaux copains et ils ne veut plus les quitter et encore moins si c’est pour aller se brosser les dents. Je me couche bien au chaud dans ma tente et sous la pluie.


Mardi, on se réveille avec « la bombe humaine » (oui, il serait peut être temps de demander à Papa si il ne peut pas changer la sonnerie…) et nous plions nos matelas, nos duvets et nos affaires. Ce matin, Maëlle part préparer le petit déjeuner, je me retrouve donc seule pour plier la tente mais heureusement papa est là pour m’aider un peu. Nos tentes sont trempées mais nous parvenons à les déplier juste avant qu’il ne se remette à pleuvoir. Nous nous réfugions vite dans le « camp kitchen », laissons toutes les affaires dedans et nous filons tout droit vers le musée des baleines et des orques avec nos vélos non chargés. En chemin, nous rencontrons Justin, qui habite à Pambula et qui a passé 2 semaines en Tasmanie à vélo, il porte son chien sur sa carriole avant.

Justin et son chien

Il fait très chaud mais surtout très orageux, un peu comme en Asie. Nous apprenons beaucoup de choses sur les baleines et les orques et on se dit qu’il ne faudrait mieux pas en croiser vue leur taille. Nous commençons enfin l’étape et débutons par une bonne grosse côte. Nous faisons une petite pause dèj au bord du lac, pas de sieste pour maman cette fois ! Nous arrivons un peu plus tard à Merimbula dans un parc avec plein de barbecues, des toilettes, des douches et beaucoup de jeux. Avant de nous arrêter, nous passons dans un magasin de vélo pour changer la cassette de Papa, cela faisait plusieurs jours que la sienne était tordue et il était grand temps de la changer. En arrivant le gérant du magasin nous dis qu’il nous a en photo sur son portable, c’est Justin avec qui il est copain qui lui a envoyé ce matin ! Nous chillons dans le parc toute la fin d’après-midi en attendant la tombée de la nuit pour planter les tentes au fond du parc. Je prépare les poissons panés sur le barbecue et pendant ce temps…Papa va nous chercher des frites dans un fish and chips ! Nous plantons vite nos tentes, c’est l’un des bivouacs les plus osés que nous n’ayons jamais fait ! Plusieurs voitures de police ne sont pas loin. Nous nous endormons avec le bruit des crickets dans les oreilles.


Mercredi, nous démontons les tentes encore mouillées et nous petit déjeunons à la même table qu’hier. Nous partons assez tôt pour pouvoir faire une bonne étape. Nous avons énormément de montées mais aussi beaucoup de descentes.

Voilà le genre de montés qu'on voit au loin

Nous nous arrêtons déjeuner dans un parc avec des machines de sport, une grande plage et des tables de pique-nique. Nous mangeons et allons nous baigner. Nous sommes dans l’eau quand nous voyons tout à coup une dizaine d’ailerons à 40m de nous ! Ils s’approchent parfois de nous mais pas à plus de 30m, on ne sait pas si ce sont des orques, des requins ou des dauphins mais ce n’est pas très rassurant. Finalement, nous sommes quasiment surs que ce sont des dauphins vue leur façon de nager. Nous repartons très contents d’avoir vu ça puis d’avoir pu prendre une douche froide! Après 40km nous avons un choix à faire : Soit nous tournons pour bivouaquer dans un parc national soit nous continuons 11km de plus pour un camping. Nous décidons de tourner et de tenter le bivouac, malgré une piste en mauvais état et très vallonnée. Nous arrivons 1 km avant le spot et un panneau affiche que le site est sous vidéo-surveillance et que c’est strictement interdit de camper. Nous continuons malgré tout et c’est très beau, nous avons un endroit pour planter les tentes et il y a des tables de pique-nique. Sur la plage, au bord de la rivière, il y a plusieurs kangourous, c’est vraiment super !

La vue de notre bivouac

Nous plantons les tentes assez tôt puisqu’il n’y a personne, pas de caméras, il pleut et nous sommes dans le sable. Juste avant de nous coucher, nous nous posons sur le sable et regardons la pleine lune. Une nouvelle journée nous attend demain.

Maëlle et Maxime devant un wallaby sur notre bivouac


En repartant de notre bivouac, dans le parc national

Jeudi, nous démontons le camp dans le sable mouillé et nous prenons notre petit déjeuner sous la pluie en compagnie de 3 kangourous. Après avoir nettoyé mes freins ainsi que ceux de Maxime, nous partons en direction de Wallaga Lake. Les 3 premiers kilomètres pour rejoindre la route sont incroyables, des kangourous par-ci, des kangourous par-là, il y en a partout et on ne s’en lasse pas du tout !Nous montons beaucoup tout au long de l’étape encore une fois. Nous arrivons à Bermagui, une grande ville dans laquelle nous décidons de nous arrêter manger. Nous décidons aussi de changer nos habitudes pour 1 fois et d’acheter de vrais baguettes et non du pain de mie. Nous dégustons nos bons sandwichs au poulet cuisinés au barbecue puis arrive le moment où nous devons repartir. Il ne reste plus que 7km pour arriver dans un camping, facile ! Le camping est top et cela fait du bien de pouvoir se poser un peu. Nous faisons sécher les tentes et nous lavons les vélos puis allons prendre nos douches. Sur le chemin des sanitaires, deux monsieur nous arrêtent et nous posent beaucoup de questions sur notre voyage, il sont épatés ! Après ma douche, je dispute une partie de UNO avec Maëlle et Maxou. Quelques minutes plus tard, les deux monsieur que nous avions rencontrés quelques heures auparavant reviennent avec du poisson tout frais qu’ils ont pêché et pris le temps de paner. Nous les remercions infiniment et les préparons à la poêle. Nous faisons aussi cuire 500g de pâtes pesto ! Juste avant de ranger les affaires, un vol de chauve-souris s’offre à nous, il y en avait des centaines et surtout énormes ! Je rentre dans ma tente et je m’endors tranquillement…




Bruce et Papa

Vendredi, nos tentes sont trempés et nous allons encore devoir les démonter sous la pluie. Papa prend le temps de lubrifier les chaînes de tout le monde et nous petit déjeunons. Une heure plus tard, après avoir tout ranger et s’être brossé les dents, Bruce vient à notre rencontre. Il nous demande si nous faisons cette aventure pour une oeuvre de charité et nous lui répondons que non : nous faisons ça pour notre expérience personnelle. Il nous sort alors des billets de sa poche et nous les offre. Nous sommes choqués, nous ne pensions pas que l’on pourrait nous offrir de l’argent et ça vaut de quoi nous payer 2 bonnes nuit de camping. Il insiste et nous le remercions beaucoup.


Puis nous continuons notre périple. 5km avant la pause déjeuner, nous arrivons dans un endroit où des pêcheurs vident leur pêche et nourrissent des phoques et d’énormes raie en liberté. Je n’avais jamais vu de si grosses raies de toute ma vie et les phoques étaient magnifiques. Nous passons une bonne demi-heure à regarder ces animaux puis continuons à pédaler.


Chauve souris sur un fil électrique

5km plus tard nous arrivons à l’endroit de la pause dèj et nous rencontrons une dame en van. Elle nous dit qu’elle nous a déjà vu plusieurs fois sur la route. Et qu’elle trouve ça génial ce que l’on fait. Ici, dans le New South Wales, les gens s’intéressent beaucoup plus à notre périple, ils sont tous épatés et répètent « waw, it’s amazing, you are crazy !! ». Nous continuons sur une piste cyclable vraiment sympa, c’est mieux que d’être sur l’autoroute et en chemin nous rencontrons une chauve-souris accrochée à un fil électrique la tête en bas.


Nous passons également près d’une fromagerie/marchand de glace, qui fait de très bons fromages et leurs glaces je ne vous en parle même pas ! Nous craquons pour un petit bloc de fromage ainsi que deux pot de glace aux noix de macadamia.

Coucher de soleil sur Tuross Heads

Nous arrivons au camping vers 16h et nous filons vers la piscine, ensuite c’est le tour des douches puis la préparation du repas. Nous mangeons de la semoule et du poulet pendant que papa nous explique qu’il faut impérativement mâcher et ne surtout pas manger trop vite.



Sur la route...

Samedi, nous prenons notre petit-déjeuner en douceur quand tout à coup Maxime, qui était sur la barre des pompiers à coté, se fait très mal au genou. Il reste assis longuement sur un banc sans parvenir à tendre la jambe. Mais heureusement tout s’arrange, Papa lui explique que ce n’est que parce qu’il a peur et que tout va bien se passer. Nous partons et roulons jusqu’à Broulee où nous prenons notre pause pour manger. Encore un fois nous avons acheté du bon pain ciabatta pour nous donner des forces. Je décide alors de défier Maëlle et Maxime au Scrabble pendant que Maman va faire une petite sieste. Nous n’avons pas emmené de Scrabble mais nous collectionnons des petits jouets venant d’un magasin Australien. À l’arrière de ces petits jouets, il y a des lettres et cela nous permet de jouer un peu au Scrabble. D’ailleurs, Maxime a réussi aujourd’hui à compléter sa collection ! Papa refuse de jouer avec nous et nous dit : « Je ne peux pas jouer avec vous, je suis bien trop fort et je passerai plus de temps a vous expliquer mes mots plutôt qu’à jouer, vous aller être bien trop dépités de perdre ! » ( C’est le genre de phrase que tu entends tous les jours quand tu es avec Papa😂.)Nous arrivons une quinzaine de kilomètres plus tard au camping où nous poserons 2 nuits. Nous arrivons à la réception et la gérante du camping est épaté par notre aventure et nous fait 2 nuits à demi prix plus une nuit gratuite. Autant vous dire que c’est tentant de rester une nuit de plus ! C’est d’accord nous resterons 3 nuits pour bien reprendre des forces puisqu’après 4 jours de pédalage sous la pluie avec 4000m de dénivelés positifs on en a bien besoin. Nous nous posons, prenons nos douches, montons le camp et jouons au Scrabble cette fois-ci avec Papa qui passe effectivement plus de temps à nous expliquer ses mots qu’à jouer (wou, yin…).😂Après ce bon après-midi, nous décidons d’aller nous coucher et Maxime est crevé, il a un coup de cafard et commence à en avoir marre de tout. Je le réconforte en lui disant qu’il nous reste encore 4 long mois, puis Maëlle se rajoute en lui disant qu’il nous reste toute la traversée du Canada et Papa le prévient qu’il ne reste « plus que » 120 dodos. Autant vous dire qu’on a bien mis Max en dépression. Mais on a tous fini par rire et on a passé une super nuit !


Dimanche, on se réveille tous contents de ne pas devoir tout plier et de pouvoir prendre notre temps au réveil. Maxime se sent beaucoup mieux, il est de très bonne humeur. Nous prenons notre petit-dèj dans le calme avant de commencer à s’occuper un peu. Maëlle travaille, Maxou joue, je rédige cet article et Maman et Papa planifient une journée surf pour le lendemain. Ce matin nous devions aller nous promener à Batemans Bay mais finalement nous décidons d’aller à la plage juste en face du camping.

Baignade à Caseys Beach

Tout le monde se baigne sauf moi, je rentre et je commence à dormir sur un transat au bord de la piscine. Papa vient me voir et me demande si ça me dirait que l’on fasse un saut à Batemans Bay. Nous partons donc tous les deux faire les courses et essayer de trouver un coiffeur pour que je puisse me couper les cheveux. Pas de coiffeur encore ouvert, ce n’est pas grave, nous partons faire les courses. Nous rentrons et ramenons nos courses aux autres. Une famille de 4 français est arrivée en camping-car : nous discutons et nous sommes même invités à prendre un apéro ! Nous finissons la soirée en allant tous à la pizzeria d’à coté et Maxime s’est fait une amie. Je suis bien calée, je vais passer une bonne nuit et j’ai hâte d’aller surfer. 🏄‍♀️


Mais rien ne va se passer comme prévu…

Suite dans le prochain article…


A bientôt,


Célia ❤️

129 vues5 commentaires