• Maëlle

Semaine 2 : de Nevers à Pouilly-sur-Saône

Le 30 juillet 2018,

Déjà deux semaines !

Premier bivouac à Charrin, 6h du matin

Hé oui, les semaines passent très vite… Nous sommes à notre deuxième semaine de voyage et nous avons déjà expérimenté plusieurs types de couchages. Premier bivouac à Charrin sur une aire de pique-nique où nous avons été accueillis par les moutons et leur barbecue (qui a servi à (re)faire des pâtes).


Un second bivouac à Diou après avoir passé l’après-midi avec Isa, Pedro et Emma à la piscine municipale de Bourbon-Lancy. Petite difficulté pour trouver le lieu du bivouac mais nous avons finalement planté les tentes près d’un camping où nous sommes allés faire la vaisselle et remplir les bouteilles d’eau le matin malgré les sanitaires « strictement réservés au camping ».


Après ces deux nuits de camping sauvage, nous avons rejoint Paray-Le-Monial pour un jour de repos bien mérité. Nous sommes allés à la Messe joyeuse de Paray puis nous avons profité de la piscine du camping. Mais petite galère…. Arceau de tente cassée… que nous avons finalement réussi à réparer provisoirement avec du tube cuivre de plomberie (petite pensée pour Pierrick!), en espérant recevoir un nouvel arceau dans les prochains jours (merci papa !).


Nous repartons bien reposés de Paray pour arriver à Montchanin où nous bivouaquons au bord d’un étang (eau à 29°C). Première « belle étoile » qui s’est terminée sous les tentes à 3heures du matin à cause d’un orage imminent et imprévu. S’en est suivi une journée de petite pluie (c’est plus agréable que la chaleur pour pédaler). Arrivée à Chalon sur Saône dans un camping. Nous avons profité de la ville le soir (légèrement plus dynamique que Nevers).

Pour finir cette semaine, nous nous arrêtons dans un camping à Pouilly sur Saône, après avoir croisé nos amis les Degouve sur la route, pour un nouveau jour de repos.


Nous avons tenu notre objectif : 500 km en deux semaines, soit une base de 1000 km par mois!


Un évènement marquant de la semaine :

Sur la route de Montchanin, nous avons entendu puis vu un chat en pleine noyade. Nous l’avons sorti de l’eau puis essayé de le sauver par l'administration d’un massage cardiaque (PSC1), sans succès… Le laisser au bord du canal dans cet état là a été difficile en particulier pour Maxou qui n’a pas arrêté d’y penser pendant la soirée.


A bientôt!


Maëlle

279 vues8 commentaires