• Maëlle

Semaine 15 : De Patras à Corinthe

Mis à jour : 6 nov. 2018


Nous sommes le dimanche 28 octobre et cela fait presque un mois que je n’ai pas écrit d’article. Mais j’ai l’impression d’en avoir écrit un la semaine dernière ! Le temps passe tellement vite !

Un beau coucher de soleil pendant notre bivouac de la semaine


Le lundi, nous restons à Patras pour un jour de pause. Nous avons prévu d’arriver à Athènes le 7 novembre, une semaine avant de prendre l’avion, donc nous avons le temps de nous poser un peu plus. Papa et Maxime partent faire un tour en ville pour quelques achats mécaniques tandis que nous les filles, restons travailler à l’appartement. Le midi, Papa et Max mangent en ville et Maman a remarqué un appareil à croque-monsieur dans l’appartement : il faut s’en servir ! Nous inventons (ou peut-être pas…) un plat à base pain pita fourré au fromage, feta et tomates, le tout plié en deux et chauffé dans l’appareil : quel délice ! Nous préparons aussi un gâteau au yaourt pour le goûter. Les garçons rentrent en ayant trouvé tout le matériel qu’il nous fallait (nouvelle béquille pour Papa, des chambres à air de rechange…). Nous finissons la journée en vaquant chacun à nos occupations.


Le lendemain nous partons à 12h, ce qui nous laisse une bonne matinée devant nous pour travailler et ranger nos affaires tranquillement. Nous descendons les vélos et tous les bagages par l’ascenseur (nous étions au 3ème étage), de quoi bien s’échauffer ! Nous pédalons une trentaine de km pour nous arrêter dans un camping en bord de mer. Il a un peu plu sur la route mais ce n’était rien par rapport aux rafales de vent. Le camping est super et nous rencontrons Luis et Laura, des cyclotouristes allemands qui vont eux aussi jusqu’à Athènes, et en plus, par le plus grand des hasard, ils connaissent Nat que nous avons rencontrée à Skoder en Albanie ! Le soir, Bertrand, Anne-Laure et leurs deux filles nous rejoignent au camping. Ce sont des amis des parents qui sont venus en Grèce en camping-car pour les vacances. Nous passons une super soirée tous ensemble.



Le petit déjeuner avec Anne-Laure et Bertrand

Le mercredi, nous décidons de rester au camping et nous retentons des techniques de pêche. Malheureusement, hier, Maxime a perdu une ligne et notre pâte à sardine à cause du vent qui a tout emporté. Bertrand, qui aime la plongée, a essayé de retrouver le matériel de pêche et il a réussi ! La pâte à sardine a été retrouvée ! Sur le ponton en bas du camping, plusieurs pêcheurs sont déjà là. Ils ont tous une ligne et un grand seau de pâte pour faire des appâts. Mais qu’y a-t-il dans cette fameuse pâte ? C’est toujours un mystère… Les pêcheurs ramènent plusieurs poissons alors que pour nous, ce n’est toujours pas la pêche miraculeuse. Un des pêcheurs, Panagis, qui ne parle ni anglais ni français, est devenu notre professeur de pêche et nous a donné quelques-unes de ses techniques : enrouler plusieurs hameçons dans de la pâte à pain. A la fin de la journée, nous regroupons tous nos poissons et cela fait un total de 27 ! Nous allumons un feu et faisons frire nos petites sardines (je ne sais plus si c’étaient des sardines mais cela y ressemblait) dans l’huile d’olive. C’est un grand régal général ! Panagis est avec nous pour la soirée et après quelques échanges via google traduction, il part chez lui et revient 10min plus tard avec 2litres d’huile d’olive maison et des citrons vert de son jardin !

La pêche miraculeuse


Après cette journée reposante nous sommes prêts pour repartir à l’aventure et en compagnie de Luis et Laura qui sont eux aussi restés au camping. Nous roulons ensemble sur 40km avec une super pause près de la mer. Nous nous arrêtons près d’un camping pour trouver un bivouac pour la nuit. Nous roulons près de la plage et trouvons un beach bar fermé avec une sorte de parking à côté. Nous y restons et environ 30min après, un monsieur arrive et nous demande ce que nous faisons ici. Nous lui expliquons et lui demandons si nous pouvons juste passer la nuit ici. Il nous dit qu’il faut qu’il demande à sa femme. Nous attendons assez longtemps et nous commençons à préparer le dîner quand le monsieur revient accompagné de sa femme. Mais malchance, celle-ci ne veut pas que nous restons ici car elle a peur qu’il y ait un problème. Nous mangeons quand même sur la plage et Papa et moi partons en expédition au camping. Il fait déjà nuit mais le camping est ouvert ! Nous allons voir le propriétaire et lui demandons si c’est possible de revenir dans une heure avec les vélos. Il nous dit que oui et nous repartons vers la plage. En revenant nous cherchons quand même des endroits de potentiels bivouacs. Nous revenons vers les autres en leur expliquant que le camping est ouvert mais à ce moment-là, le propriétaire du beach bar revient et nous autorise gentiment à rester ici pour la nuit. Il nous offre même des grenades ! Après toutes ces péripéties, nous plantons enfin les tentes et dormons bien au chaud dans nos duvets.

Le beach bar


Le lendemain, nous partons à 9h et pédalons 40km dans la matinée. La route est plate et sur la côte, c’est super sympa. Nous nous arrêtons sur la plage pour le pique nique et repartons pour les 20 derniers km jusqu’à un camping. Il est vide mais ouvert. Nous nous installons et découvrons des petits chatons, ils sont trop mignons ! Leurs maîtres nous proposent de les prendre mais malheureusement nous ne pouvons pas vraiment car arrivés à Athènes, nous serions bien embêtés pour savoir quoi en faire… Le camping est infesté de moustiques, c’est opération pantalons et polaires pour ne pas se faire piquer.


Le samedi, nous restons la matinée au camping car nous devons travailler et Maxime a encore crevé son pneu. Luis et Laura restent ici une nuit de plus mais ils partent la journée pour visiter Corinthe qui est à 20km. Après le déjeuner, nous décidons de rejoindre Corinthe pour une petite étape tranquille. Sur la route, 5km avant d’arriver au camping, il y a un bar….avec Luis et Laura ! Nous faisons demi-tour et allons boire un verre avec eux. Nous les reverrons sûrement à Athènes ! Nous continuons jusqu’au camping mais celui-ci est fermé. Nous nous dirigeons vers l’hôtel et demandons s’ils ont un jardin pour mettre nos tentes. La dame de l’hôtel nous fait signe de la suivre. Elle parle très bien français et nous emmène dans une salle de conférence avec un jardin et une terrasse donnant sur la mer : un endroit rêvé ! Nous nous installons et Max, Papa et Célia vont pécher. Deux petites dorades nous attendent pour le dîner ! Le soir, il y a une veillée d’un groupe religieux allemand dans la salle, nous attendons donc qu’ils soient partis avant de rentrer nos affaires.


Aujourd’hui, dimanche, Maxime a un petit mal de tête… Sûrement de la fatigue et peut être une petite insolation. Hier Marilène (la dame de l’hôtel) nous a dit que nous pouvions rester si nous le souhaitions. Nous lui demandons si nous pouvons rester une nuit de plus et elle nous y autorise. Nous allons travailler, nous reposer, jouer au Uno et profiter de la petite plage.


A bientôt, normalement en Asie !


Maëlle

109 vues2 commentaires