Le Blog de notre tour du monde à vélo en famille

Ici c'est le blog! Nous tâchons de l'alimenter à raison d'une fois par semaine. Mais vous pouvez suivre également notre galerie photo où nous posterons une photo par jour, notre galerie des sons et la rubrique "En Chiffres" pour voir où nous en sommes!

Lundi 20 mai 2019, la semaine débute par un jour de repos à Clearwater. Il fait beau, la température est idéale avec un petit air frais, le temps que j’adore. Nous avons un compagnon avec nous : un écureuil vit dans l’un des arbres qui bordent notre emplacement. Nous le voyons venir faire des allers et venues depuis son abri. Gilles a mis une pomme de pin à l’entrée de celui-ci et l’écureuil l’a emporté avec lui.


Lessive, travail pour les enfants, courses, entretien des vélos et remplacement des freins d’origine. Le camping possède une game room avec des fauteuils, une télévision, un babyfoot et quelques livres et jeux pour enfants. Maxime en profite pour jouer au babyfoot et regarder un match de hockey sur glace. Il a également trouvé des petites voitures et est super content. Maëlle et Célia s’installent dans les fauteuils pour lire. L’aire de jeux extérieure est également une grande source de distraction pour Maxime et Célia qui s’amusent avec une voiture miniature.


Pour le dîner, nous allons dans un restaurant dont la spécialité est la smoked meat, viande cuite pendant de longues heures. Maëlle n’avait pas encore fêté son anniversaire au restaurant. Elle souhaitait un restaurant de viandes, c’est chose faite. Nous nous régalons, même moi qui ne suis pas amatrice de viandes, c’est un délice.



Mardi, nous nous levons sous un grand ciel bleu. Après un passage au supermarché pour faire le plein de vivres, nous entamons notre étape du jour. Nous devons rouler une cinquantaine de kilomètres pour atteindre l’aire de repos la plus proche, où nous avons décidé de bivouaquer.



Vers le quinzième kilomètres, j’ai une étincelle : Maxime ne porte pas son pull, la dernière fois que je l’ai vu avec c’était au camping et je n’ai pas souvenir de l’avoir rangé. Après un sondage rapide, personne n’a rangé le pull et Maxime se souvient qu’il a peut être laissé dans la game room en partant ce matin. Nous nous arrêtons à un embranchement pour appeler le camping qui nous confirme que le pull est bien dans la game room. J’explique à mon interlocutrice que nous voyageons à vélo et lui demande si quelqu’un peut nous l’amener, nous ne sommes qu’à 18 kilomètres du camping, ce n’est rien en voiture mais pas question de faire l’aller retour en vélo. Elle me dit que personne n’est disponible ce matin mais elle me rappelle dans la journée pour me tenir informée. La journée se déroule tranquillement. Nous arrivons vers 16h à l’aire de repos. Toujours pas de nouvelles du camping. Je dis à Gilles que je vais aller faire du stop pour récupérer le pull. J’ai à peine le temps d’aller aux toilettes, que Gilles et Maxime embarquent dans le camping car d’un couple de retraités hollandais et repartent à Clearwater. Pendant ce temps, les filles et moi faisons des sudokus, lisons et Célia nous fait rire en chantant à tue-tête du Adèle et compagnie. Une heure et demie plus tard, les garçons reviennent, avec le pull, et Maxime est super content d’avoir fait du stop. Le gars qui les a ramenés est super sympa et a rassuré Gilles sur la présence des ours. Les ours sont bien présents mais s’attaquent rarement à l’homme, ils en ont peur. Le risque majeur est de se retrouver entre une mère et ses petits, de rester près d’une carcasse et d’avoir de la nourriture à côté de soi la nuit, ce que nous savons déjà. Il a même donné à Gilles une corde pour accrocher notre nourriture aux arbres car nous n’en avons qu’une.


L’aire de repos est idéale pour bivouaquer : toilettes, eau courante, tables de pique-nique et nous avons trouvé un emplacement près de la rivière et à l’abri des regards. Par contre, ce ne sera pas à l’abri du bruit, nous sommes ceinturés par l’autoroute et la voie ferrée.


Pendant que Célia prépare de bonnes pâtes bolognaises, Gilles et Maëlle montent les tentes discrètement. Nous n’attendons pas la tombée de la nuit car celle-ci est de plus en plus tard (21h30). Après le lavage des dents, nous mettons nos trousses de toilettes dans un grand sac poubelle (apparemment les ours sentent le dentifrice de très loin) que Gilles va poser dans un arbre avec nos sacoches de nourriture, à une cinquantaine de mètres de nos tentes. Puis c’est l’heure du coucher, avec un changement dans la répartition des tentes. Maxime prend ma place et je vais dormir avec les filles. Nous préférons, lors des bivouacs, être avec les enfants en cas de problème, comprenez en cas d’attaque d’ours, même si la probabilité est quasiment nulle.


Je suis contente de me retrouver entre Maëlle et Célia. Nous rigolons bien et elles se moquent de moi car j’aime dormir avec un matelas et un oreiller moelleux, c’est-à-dire pratiquement dégonflés. La nuit se déroule évidemment sans encombre. Par contre, c’est la nuit la plus froide que nous ayons eu depuis le début du voyage, et toute le monde a dû remettre une épaisseur au cours de la nuit. Pas étonnant, le thermomètre est descendu à 1°C.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.
Notre camp sur l'aire de repos, en bord de rivière

Mercredi, nous nous levons tranquillement et prenons notre temps. Ce soir nous faisons à nouveau un bivouac sur l’aire d’autoroute la plus proche, soit à 68 km.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.
Lecture de "Rémi sans famille" sur le bord de la rivière


Notre premier objectif est de faire le plein d’eau car bien que nous avons de l’eau courante sur l’aire, celle-ci n’est pas potable. Nous nous arrêtons dans un village appelé Avola, c’est en fait deux ou trois bâtiments et s’y trouve un station service. Chouette, nous allons pouvoir remplir nos bouteilles. Dès que nous franchissons le pas de la porte, nos bouteilles vides à la main, le vendeur, à peine aimable, nous dit que l’eau des toilettes n’est pas potable. Nous n’avons pas le choix, nous devons acheter de l’eau. Ce que nous adorons (c’est ironique) dans ces petits magasins, c’est que les prix ne sont jamais affichés. Nous n’avons donc aucune idée du coût des produits. Nous prenons trois bouteilles de 1,5 litres. Gilles passent à la caisse : 15 dollars, je pense qu’il n’y a pas eu de s’il vous plait. Gilles va reposer une bouteille. Pendant ce temps, Maxime et moi regardons un livre sur les animaux super bien fait qui montre notamment les empreintes et les excréments. Le vendeur, toujours aussi aimable, nous demande de le reposer si nous ne l’achetons pas. Il a de la chance d’être le seul boui-boui dans un rayon de 50 km…


Un peu plus loin sur la route, nous voyons un écureuil faire des bonds dans tous les sens sur la route. Son comportement est surprenant. Nous comprenons rapidement pourquoi il panique. Son petit, terrifié, est à plat ventre sur la route. Maëlle essaie de l’attraper mais il ne se laisse pas faire. Nous faisons ralentir une voiture pour qu’elle l’évite. Nouvelle tentative de Maëlle. Le petit grimpe sur son pied puis jusqu’à son cou et bondit vers le fossé. La maman qui s’était réfugiée de l’autre côté de la route réapparait et traverse pour rejoindre son petit. Nous sommes heureux de ce sauvetage.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.

Cette matinée nous réserve encore quelques aventures. Gilles croit voir un grizzli au loin. En effet, nous apercevons une grosse masse beige qui bouge. Après réflexion, il doit plutôt s’agir d’un wapiti, élan ou caribou. Et ce n’est pas fini, notre premier ours noir fait éruption. Gilles, en tête de peloton, a une bonne montée d’adrénaline et s’arrête net. Nous sommes à la fois tous excités et pas très rassurés. Nous entendons de gros bruits dans les arbres, ce sont deux oursons qui grimpent à toute allure. Ce n’est donc pas un ours mais une ourse. Elle repart dans les bois après que ses oursons soient montés. Nous attendons quelques minutes, faisons du bruit avec nos sonnettes et clochettes et reprenons la route, attentifs et vigilants. Un second ours apparait, cette fois-ci c’est moi qui suis en tête. C’est tellement surprenant que nous avons à peine le temps de réaliser. Même scénario : nous nous arrêtons, faisons du bruit et lui laissons le temps de repartir.


Quand nous arrivons à Blue River, nous nous arrêtons à la station service et demandons si nous pouvons remplir nos bouteilles. La vendeuse nous dit bien sûr avec un grand sourire, quel bonheur ! Nous lui prenons deux cafés puis partons à la recherche du supermarché. Nous arrivons devant l’épicerie que nous indique Google, mais le bâtiment ne paie pas de mine et semble fermé. Nous repartons à la deuxième épicerie, toujours indiquée par Google, mais il s’agit d’une aire de service et il n’y a rien à vendre. Par contre, nous rencontrons Rick Small, un aventurier canadien qui voyage avec une motocyclette qu’il a fabriquée et qui fonctionne avec des panneaux solaires. Nous revenons ensuite à la première aire de service, y achetons du lait et demandons où nous pourrions trouver du pain. La vendeuse nous indique l’épicerie. Nous retournons donc à l’épicerie et sommes un peu sceptiques devant le bâtiment. Le gérant sort et vient nous parler. Nous entrons et trouvons notre bonheur : du pain, des oeufs et de quoi se faire un dîner pas trop consommateur d’eau.


10 km plus loin, nous atteignons l’aire de repos où nous avons décidé de passer la nuit. Nous sommes accueillis par deux ground squirrels. Cela ressemble à des mini marmottes, mais appartient à la famille des écureuils.



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.
Les ground squirrels

En arrivant, Maëlle se rend compte que le pneu avant de son vélo est crevé. Elle le répare avec Gilles pendant que Célia, Maxime et moi observons les ground squirrels.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.

Le site est idéal pour un bivouac : tables de pique-nique, toilettes et rivière en guise d’eau courante et accessible par une petite plage. Nous nous lavons à la rivière et y ferons également la vaisselle et le brossage de dents.






Les endroits à l’abri des regards sont dans les bois et un peu éloignés de l’aire. Nous préférons planter le camp dans l’étendue d’herbe et éviter les ours, nous savons maintenant que ce n’est pas un mythe. Nous mettons nos sacoches de nourritures et trousses de toilette à l’arrière des poubelles anti-ours. C’est une ranger qui nous a donné ce tuyau. Les poubelles anti-ours sont de grosses poubelles métalliques avec une ouverture particulière qui empêche les ours de pouvoir les ouvrir. Il y a un bouton poussoir sous la poignée. Donc même si l’ours arrive à mettre sa patte, il ne peut pas ouvrir le couvercle. Même configuration que la nuit précédente, Gilles et moi nous séparons pour dormir avec les enfants.




Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.
sourire un peu forcé lors de la troisième réparation de pneu consécutive...

Jeudi, au moment de partir, le pneu avant du vélo de Maëlle est à plat alors qu’il a été réparé la veille. Nous enlevons les sacoches, retournons le vélo, démontons la roue et partons à la recherche du trou. Je dis « nous » mais entendez Gilles et les enfants car j’avoue que je leur laisse faire cette tâche avec plaisir et ils le font très bien. Le pneu est réparé avec notre avant dernière rustine. Nous n’avons plus de chambre à air neuve, la dernière a été donnée à Jeff la semaine dernière (sa crevaison ne permettait pas une réparation avec rustine). Quand Maëlle s’apprête à remonter la roue, elle entend un bruit. Et rebelotte, nouvelle réparation de la roue avec notre dernière rustine. 3 crevaisons sur le même pneu en une seule fois, avec 3 morceaux de métaux issus de pneus de camion distincts : probabilité théoriquement quasi nulle, espérons qu’il ne nous arrive pas la même chose avec les ours…


Entre temps, Bert et Marry, un couple de retraités hollandais (encore un !) sont arrivés. Nous échangeons avec eux et ils nous offrent un café et des cookies. Les cookies sont à la noix de coco, Maxime qui n’est pas très fan de la noix de coco, comme ses soeurs d’ailleurs, cache son cookie. J’ai ainsi la chance de manger deux délicieux cookies avec mon café. Bert et Marry ont passé la nuit dans un camping à Jasper et ce matin, en se levant, ils ont vu un grizzli déambuler entre les campings car. Ils nous ont montré une vidéo. C’est impressionnant et tellement incroyable.


Nous entamons notre étape assez tard, il est plus de 10h et nous devons pédaler 80 kilomètres pour atteindre le prochain village. Nous espérons qu’il n’y aura aucune crevaison dans la journée. Nous passons notre temps à enlever et remettre nos manteaux car alternance de soleil et de pluie.

Nous repérons des empreintes d’animaux et essayons de les reconnaître (après recherche, il s'agit de traces de loups !).

En chemin, nous apercevons un ours noir de l’autre côté de la route, il n’est pas très gros, ce doit être un jeune. Nous faisons du bruit et il s’éloigne. Un peu plus loin, nous voyons une carcasse d’animal. Qui dit carcasse, dit probablement ours. Nous ne nous attardons pas pour savoir de quel animal il s’agit. A la pause déjeuner, Maxime s’amuse à chercher des traces d’animaux et voit des excréments qui semblent être ceux de ratons laveurs et d’ours.

L’étape est longue, mais pas trop dure. Les paysages sont toujours aussi fabuleux. Nous voyons les montagnes enneigées en fond de décor et sentons que nous nous en approchons. Nous sommes montés jusqu’à 900 mètres d’altitude aujourd’hui. J’ai l’impression d’être la petite figurine à vélo dans une maquette de train. Quelle chance de pédaler dans cet environnement.




En milieu d’après-midi, nous nous arrêtons faire une pause. Nous rencontrons un canadien avec qui nous discutons et qui nous demande si nous avons vu la carcasse : Il est passé devant en voiture et a vu un ours la dévorer !!!


Avant d’arriver au camping, nous passons acheter une petite douceur pour le dessert (yaourt et cookies) et croisons une jeune femme qui porte un casque de vélo. Nous lui demandons où nous pouvons trouver des rustines. Elle nous indique un magasin un peu plus bas qui fait notre bonheur : rustines, pompe (le manomètre de la nôtre ne fonctionne plus) et bouteille de gaz. La fin de la journée est classique : montage du camp, douches, connexion au wifi, cuisson des pâtes par Célia, dîner, vaisselle, lavage des dents et stockage de la nourriture et des trousses de toilette à l’arrière des poubelles anti-ours, puis tous au lit.


Vendredi, nouvelle journée de repos bien méritée après trois jours de vélo et 200 km à pédaler. Nous sommes à Yellowhead, village de 1000 habitants. Chacun se lève à son rythme. Je suis la dernière levée, il n’est pas loin de 10h, mais quel plaisir de rester trainer dans son duvet et de profiter des gros câlins de Maxime qui est venu me rejoindre vers 9h.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les Rocheuses au Canada.
Notre camp près de la rivière au camping Yellowhead

Travail, courses pour deux/trois jours car nous ne devrions pas croiser de supermarchés avant Jasper, ville située à 130 km d’ici. Le temps est mitigé, alternance d’éclaircies et d’averses mais le camping a une aire abritée avec des tables, donc nous nous y réfugions si besoin. Le site est vraiment chouette. Nous sommes dans les bois, près d’une rivière. Le camping met à disposition des vélos pour enfants et devinez qui fait du vélo même les jours de repos : c’est notre Maxou, infatigable et content d’expérimenter le BMX. Il y a également un panier de basket et Maëlle se refait la main avec Gilles et Maxime. D’ailleurs, en parlant de basket, hier soir après la douche, Maxime me demande si je veux jouer avec lui au basket. Je lui réponds qu’après 80 km de vélo, je suis bien fatiguée et que je n’en ai pas envie. Je lui demande s’il n’est pas fatigué et il me dit qu’après une bonne douche chaude, il est de nouveau en forme. Je ne sais pas comment il fait. Ceci dit, dès qu’il est dans son duvet, il s’endort en moins de 5 minutes.


Quand Gilles et les enfants rentrent des courses, Maxime vient me voir, sourire aux lèvres et me montre le cache-cou qu’il porte. Je suis étonnée que Gilles lui en ait acheté un nouveau car il en possède déjà un. Maxime m’explique tout excité qu’ils sont passés devant un magasin de vélos et que les gérants leur ont offert 5 caches cous, des bonbons et des solutés énergétiques. Ils ont même fait une vidéo expliquant notre voyage et qui est maintenant sur la page Facebook du magasin (visible ici). Gilles en a profité pour acheter une nouvelle chambre à air.



Dans l’après-midi, Gilles et les enfants repartent au village pour trouver un nouveau réchaud. Le pas de vis du notre détendeur est usé et nous ne pouvons plus fixer la bouteille de gaz. Je reste au camping me reposer car je me sens barbouillée. Ils en profitent pour aller chez Tim Hortons, enseigne canadienne que nous avons découvert à Vancouver et retrouvons tout au long de notre route. On y trouve toutes sortes de boissons au café, chocolat, lait et de délicieuses gâteaux (cookies, muffins, cinnamon rolls,…) à prix corrects. C’est notre enseigne coup de coeur. Célia a craqué pour le « creamy chill chocolate », une boisson froide avec pleins de chantilly. Gilles et les enfants rentrent avec un nouveau réchaud, bien plus encombrant que l’autre, mais qui fonctionne avec des bouteilles de gaz que l’on trouve dans tous les magasins canadiens, ce qui va nous éviter d’avoir une bouteille d’avance. La soirée sera habituelle avec un diner près du feu.


Coucher de soleil, vue du camping Yellowhead


Samedi, quand nous nous levons, Gilles est déjà debout depuis 2 heures et a préparé le petit déjeuner, fait cuire les oeufs durs et fait un feu qui nous réchauffe car il ne fait que 5°C.







Nous quittons Yellowhead vers 9h30. Grosse étape aujourd’hui, nous avons décidé de pédaler 85 km pour atteindre le prochain campground. En fait plusieurs choix s’offrent à nous : un campgroung à seulement 35 km, une aire d’autoroute à 70 km et un autre campground à 85 km. Nous avons voté pour 85 km. Nous démarrons dans un décor toujours aussi magnifique, montagnes enneigées, rivière, sapins,… Un vrai régal pour les yeux.



Nous faisons une pause aux Rearguard Falls, limite de migration des saumons depuis l’océan Pacifique. Les saumons les plus valeureux réussissent à atteindre ce point situé à 800 miles de l’océan. Nous y rencontrons une allemande qui parle très bien le français et qui vit un tiers de l’année dans les Cotes d’Armor (Cap Fréhel).


Nous poursuivons notre route et voyons deux femelles wapitis qui remontent dans les bois. Le mont Robson, point culminant des Rocheuses (3954 m) nous fait face. Son pic est caché par les nuages et nous avons peu de chance de le voir entièrement car apparemment il ne se découvre que 14 jours dans l’année.




Vers le 34è kilomètre, nous nous apercevons que nous venons de passer devant un ours noir qui se promène sur le bas côté, du même coté que nous. L’ours ne réagit pas à notre présence. Nous arrêtons un peu plus loin et Maëlle réussit à le prendre en photo. Nous sommes super contents.



Un kilomètre plus loin, nous nous arrêtons sur le site/musée du mont Robson et y déjeunons. Nous prenons notre temps, visitons le musée, Gilles et moi faisons une sieste pour nous requinquer pour les 50 km restants. Célia profite du wifi gratuit du centre d’informations, Maxime s’amuse à rouler sur la petite colline en herbe et Maëlle gère son petit frère.



14h30, il est grand de repartir. Nous nous dirigeons vers le restaurant pour boire un café avant de reprendre la route et nous croisons André et François, des cyclotouristes québécois que Gilles et Maxime ont rencontrés la veille. Nous commençons à échanger et allons prendre notre café avec eux. Il est plus de 15h, le vent est de face, la météo de demain devrait être plus clémente et André et François nous disent que le campground est vraiment chouette. C’est décidé, nous restons passer la nuit ici. Et en effet, le site est vraiment bien, nous sommes au calme, dans les bois, il y a de l’eau chaude et des douches. Ce qui est top dans les campings et parcs au Canada, c’est que chaque emplacement possède une table de pique-nique et un fire pit pour faire du feu. Nous n’avons pas besoin cette fois-ci de mettre notre nourriture et trousses de toilettes à l’arrière des poubelles car des casiers métalliques sont prévus à cet effet.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : les rocheuses Candiennes.
Shamallows pour le dessert

Dimanche, la « Bombe humaine » retentit à 5h30. L’étape d’hier ayant été avortée, la grosse étape c’est pour aujourd’hui. Vers 7h, François et André, prêts à partir, passent nous dire bonjour. Nous quittons le campgroud peu de temps après et avons l’immense chance de voir le mont Robson sous un grand ciel bleu, complètement découvert. La nature nous fait un beau cadeau, cela vaut le coup de se lever si tôt.


Tour du monde à vélo en famille : mont robson
Le mont Robson dégagé, encore sous la brume matinale

Il fait très froid ce matin et sommes bien couverts. Nos avons même enfilé pour la première fois nos cache-cous en guise de bonnets. Nous démarrons par une ascension de 10 km avec une pente douce. Nous avançons doucement. La suite de l’étape est plus facile. Les paysages sont encore à couper le souffle. Nous longeons le Moose Lake, c’est magnifique.



Nous croisons une nouvelle fois un ours noir qui traverse la route. Un camping car a dû piler pour le laisser passer.


Vers le 50ème kilomètre, nous voyons François et André qui repartent de leur pause déjeuner (je veux dire dîner, car au Québec, on ne dit pas petit-déjeuner/déjeuner/dîner mais déjeuner/dîner/souper). Nous faisons notre pause pique-nique, prenons notre temps pour reprendre des forces pour les 40 derniers kilomètres.


Dans l’après-midi, la nature nous offre encore un beau spectacle : nous voyons un wapiti, un jeune mâle. Ses bois ne sont pas très grands et semblent tout doux. Il est magnifique et se dresse et se déplace avec grâce.



Nous arrivons vers 18h à Jasper, il devrait être 17h, mais en entrant dans l’Alberta, nous avons changé de fuseau horaire. Nous faisons un détour dans la ville pour acheter quelques vivres et filons au campground. Ce site s’appelle « Wapiti » et il porte bien son nom car dans la soirée nous voyons une wapiti femelle et son petit et un peu plus tard, une autre femelle.


Tour du monde à vélo en famille : Jasper
La femelle Wapiti, on aperçoit son petit derrière blanc

Des pancartes indiquent que nous sommes sur le territoire des ours et les règles à respecter sont très strictes pour éviter que les ours ne viennent roder près des tentes. A l’exception de nos habits et casques, nous mettons toutes nos affaires dans les casiers anti-ours. C’est dans ce campground que Bert et Marry ont vu un grizzli. Nous retrouvons François et André avec qui nous passons encore un excellent moment. Ils nous disent que le thermomètre devraient descendre en-dessous de zéro cette nuit. Nous enfilons plusieurs épaisseurs avant d’entrer dans nos duvets. Gilles se fabrique des chaussettes avec les manches de sa polaire et nous dormons tous avec nos cache-cous sur la tête.


Mes petits bonheurs de la semaine :

  • Observer les ground squirrels et les écureuils.

  • Voir des ours, même si c’est frustrant de ne pas pouvoir rester les observer comme nous pouvions le faire avec les kangourous.

  • Pédaler dans un décor fabuleux.

  • Vivre dans la nature.

  • Me laver dans la rivière.

  • Dormir avec Maëlle et Célia.

  • Regarder Maxime dans son duvet, heureux de dormir avec son papa.

  • Voir des wapitis.

Merci beaucoup pour vos messages et vos encouragements qui nous font toujours chaud au coeur. A très bientôt.


Léna


LE BLOG DE MAXOU :



Le drapeau canadien dessiné par maxime

Les ours au Canada par Maxime


Tour du monde à vélo en famille : Canada
Maxou se prend pour le roi du monde dans l'immensité qui nous entoure

Tour du monde à vélo en famille canada
Petit-déjeuner calme au soleil

Lundi, c'est mon anniversaire ! Je me réveille à 8h, Papa est déjà devant le petit-déjeuner. Nous avons décidé de faire un jour repos dans ce "camping" que nous trouvons super ! Il est très calme et un peu éloigné de l'autoroute ce qui nous permet de nous sentir vraiment dans la nature. En fait, ce n'est pas vraiment un camping mais plutôt un parc provincial où nous avons possibilité de planter nos tentes mais sans les facilités d'un camping classique. Toute la matinée est consacrée au travail pour tout le monde ! Papa se pose pour écrire et pour méditer et Maman aide Maxime pour des verbes. Ensuite je me mets au travail mais cette fois, de cuisine !

Tour du monde à vélo en famille Canada
Papa qui médite

Je prépare une salade avec l'aide de Maman pour les oignons et Maëlle pour la semoule.

Tour du monde à vélo en famille canada anniversaire
Ma boîte d'oeufs, mon chocolat, ma cartes et mes bougies

Nous passons à table et Maman me ramène une boîte d'œuf avec 13 bougies dessus, disons que j'ai eu le plus bizarre des cinq anniversaires ! Il y a trop de vent donc je fais semblant de souffler les bougies et Maxou me donne un cadeau. Dedans se trouvent un lapin en chocolat et une carte ! Au dos de la carte est écrit: "One World, One People" et " We are all the leaves of one tree, and the drops of one ocean".

Tour du monde à vélo en famille Canada
En plein dans le trail

Ensuite je pars faire une sieste avec Papa et Maman et quand je me réveille nous partons faire un trail qui part du camping. Nous nous baladons une petite heure avec l'espoir de voir un ours au loin mais sans succès, nous rentrons sans en avoir vu. Nous préparons le dîner, encore des pâtes mais cette fois pas des spaghettis mais des coquillettes ! C'est un petit détail mais qui nous fait plaisir. Nous avons bien mangé, il est temps de se coucher et tôt car demain lever à 5h30!


Mardi, une énorme étape nous attend. Nous nous réveillons à 5h30 pour partir le plus tôt possible. A 7h15 nous sommes partis et nous débutons une étape de 80km pour nous rendre à Cache Creek.

Tour du monde à vélo en famille canada
La belle vue !

Nous faisons les 30 premiers km easy malgré les petites montées et à 42,18km nous nous arrêtons pour faire le fameux selfie des 9000km ! Nous prenons notre pause déjeuner pas très loin après dans une sorte de grand bas côté pour faire une pause. Nous mangeons par terre, ce n’est pas très beau mais nous avions tous très faim. Nous continuons plein d’énergie, 15km plus loin nous nous arrêtons une nouvelle fois dans un « Gift shop » assez sympa, les gens sont super accueillants et ils ont un chien et un chat. Nous restons 10min puis nous repartons pour arriver 1h après dans la ville.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Une petite pause muffin

Cache Creek est une petite ville où nous n’avons pas trop de mal à trouver une mini supérette pour acheter de quoi manger. Nous filons au camping, nous plantons nos tentes et prenons nos douches.

Tour du monde à vélo canada
Le restaurant avec le jukebox derrière

Maxime travaille un peu puis nous partons au restaurant. Nous commandons des burgers (après 80km et 800m de dénivelé positifs, on peut se le permettre !!), puis après s’être bien calés nous rentrons au camping. Quand nous arrivons 4-5 personnes fixent un arbre, nous regardons et un bébé hibou est en train de tomber ! Deux personnes tiennent une couverture en dessous de l’arbre mais il tombe à côté, il n’est pas blessé mais il n’est plus dans son nid. Nous partons nous coucher et nous laissons les autres gérer, nous nous disons que rester lui ferait encore plus peur et ne servirait à rien. Je passe toute la nuit à entendre les hiboux se parler et les corbeaux crier.



Mercredi, c'est encore un jour de repos... Nous prenons notre temps au réveil (7h30) et nous restons le plus longtemps possible dans nos duvets car il fait très froid. Avant de sortir j'enfile 3 couches chaudes et je me mets à préparer le petit dej avec l'aide de Papa qui fait chauffer l'eau. Nous nous mettons ensuite au travail Maëlle et moi à coté pendant que Maman et Maxime sont sur une table un peu plus loin. Vers 12h nous partons dans une ferme/restaurant. J'avais décidé de faire un brunch pour mon anniversaire mais ce restaurant était bien noté et il avait l'air simple et bon !

Tour du monde à vélo en famille canada
Dans le restaurant/ferme

Quand nous arrivons, nous adorons l'ambiance, c'est très calme. Les plats sont juste délicieux et on se régale ! Disons que c'était un grand  plaisir ! Nous rentrons chacun de notre côté. Papa, Max et moi sur un petit chemin et Maëlle et Maman sur l'autoroute. Elles arrivent premières mais nous avons emprunté un chemin plus long et plus fort en dénivelé et malgré ça, nous sommes arrivés une seule petite minute après elles.



Tour du monde à vélo en famille Canada
Les deux dames avec Maman

Nous chillons le reste de l’après-midi puis des dames à coté de nous, arrivent en camping-car. Elles invitent les parents à boire un verre, et offrent aux enfants un petit paquet de bonbons et 3 cookies. Je prépare la salade pendant que Papa et Maman discutent avec les dames une bonne partie de la soirée. Ensuite je vais prendre ma douche avec Maëlle et nous revenons diner. Nous nous couchons pour attaquer l’étape qui nous attend demain.



Jeudi, nous restons dormir, nous n’avons que 40km et nous avons prévenu nos hôtes "warmshowers" que nous n’arriverons qu’à 16h. Papa se lève le premier et prépare le petit dej puis après le démontage du camp, la vaisselle et le rangement place au gainage !!! Nous sommes au 27ème jours sur 30 du défi gainage, cela devient un peu compliqué ! Nous partons vers 10h30 après une longue discussion sur notre retour. Nous roulons à peine 10km qu’une voiture s’arrête pour nous prendre en photo et nous donner quelques petits conseils pour la suite du chemin. Nous avançons 10km de plus pour prendre notre photo fétiche (photo de dos sur nos vélos), nous demandons à la voiture qui est garée à côté de nous mais manque de chance, c’est un retraité: Il ne sait pas vraiment comment se servir des téléphones donc nous lui expliquons, bon, la photo n’est pas géniale mais on ne lui dit pas par politesse.

Tour du monde à vélo en famille
La photo que maman a prise

Maman finit quand même par prendre une photo de nous 4. 3km une aire de repos est annoncée, nous nous y arrêtons pour pique-niquer, c’est très calme et tout près de la rivière.








Tour du monde à vélo en famille Canada
Ma pyramide qui a tenu (celle de maxime est tombé)

Quand nous avons fini de manger Maxime et moi allons à la rivière pour faire une bataille de pyramides en galets, il gagne d’un caillou. Une dame vient nous voir et nous dit que ce que nous faisons est génial, elle va même laisser Maxime conduire sa petite voiture qui lui permet d’avancer dans le parc. Il est super content !! Nous repartons avec beaucoup de montée pour ressortir. Pendant toute l’étape, nous avons le vent dans la tête, et ce n’est peut être pas important pour vous mais pour nous qui sommes sur nos vélos, c’est très dur. Nous roulons les 20 derniers km avant d’arriver au warmshower.

Tour du monde à vélo en famille Canada warmshowers
Detty et Jerry

C’est un couple de retraités, ils sont super accueillants et nous servent comme des rois. Nous avons tous droits à un vrai lit et à un dîner digne de ce nom. Entrée, plat, dessert, tout est délicieux et je ne vous parle même pas de son pain fait maison !! Après ça, ils nous apprennent un jeu qui s’appelle le « golf ». C’est un jeu de cartes. Nous faisons 3 parties, c’est assez sympa. Nous partons nous coucher le ventre plein et le sourire aux lèvres.



Vendredi, réveil vers 7h, nous montons pour prendre le petit déjeuner, et là... Ils nous ont tout préparé! Des oeufs avec du jambon, des pomme de terres super bien cuisinées, des saucisses et des toasts beurrés. C’est encore un délice, c’est 3 fois mieux qu’un hôtel de luxe ! Ça y est, nous sommes prêts à partir pour une étape de 55km pour rejoindre Kamloops, où un nouveau warmshower nous attend mais cette fois, c’est une famille !

Beaucoup de dénivelé est prévu mais depuis que nous sommes au Canada, nous sommes habitués, donc cela ne devrait pas poser de problème. Comme nous le pensions, nous ne faisons que monter, nous atteignons même les 700m d'altitude mais arrivés à l’endroit du pique-nique, où pleins d’énormes camions vérifient leurs pneus, nous découvrons que nous allons beaucoup redescendre. Nous sommes assez dégoûtés puisque nous allons devoir revenir à seulement 350m d'altitude. Nous arrivons 10km après chez les Warmshower. Anna, la maman nous accueille super bien, elle nous montre où nous pouvons planter les tentes et où nous pouvons prendre une douche. Ensuite, Laith, le papa, arrive et nous sommes très surpris parce qu’il parle français sans accent ! Nous lui demandons comment cela est possible, il nous répond que ça fait très très longtemps qu’il prend des cours de français, mais ça faisait 20 ans qu’il ne l’avait pas exercer en parlant avec des personnes. Nous montons le camp, et nous les rejoignons dans la maison. Leur petite fille, Muna, qui a 3 ans, joue un peu avec nous. Ils nous servent un apéro, et des pâtes bolognaises : ah, elles nous avait manqué ces pâtes !! Nous discutons avec eux toute la soirée, c’est super agréable, et nous partons nous coucher dans nos duvets bien chauds car il a plu toute la soirée.


Samedi, nous démontons le camp vers 7h20 et Anna nous a préparé des flocons d’avoine cuits. Nous prenons le petit-déjeuner tous ensemble puis nous nous préparons pour y aller. La veille nous leur avions proposé si ils voulaient venir faire un jour de chemin avec nous, c’est oui !

Tour du monde à vélo en famille canada warmshowers
Tous prêts à partir pour notre étape !

Ils viennent faire les 10 premiers kilomètres avec nous et nous les quittons sur une aire d’autoroute. Nous continuons notre route et au bout de 40km, nous voyons un gars à vélo qui a crevé son pneu. Il nous explique qu’il marche avec son pneu crevé depuis 2 jours et qu’il doit aller à Kamloops pour rentrer chez lui. Il s’appelle Jeff. Nous le dépannons en lui offrant notre dernière chambre à air, nous lui gonflons, puis nous réparons sa chaîne, lui donnons une banane et quand il est reparti, nous prenons pleins de vitamines pour les 10 prochains kilomètres. 45min plus tard, vers 13h30, nous arrivons dans une picnic area. Nous mangeons assez vite et nous repartons. Nous roulons nos 15 derniers kilomètres sous une petite pluie et nous arrivons dans un campground-motel. C’est une Thaï qui gère le motel et elle nous accueille super bien.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Notre camp au campground/motel

Nous montons le camp avant qu’il ne se remette à pleuvoir et Maxime part jouer avec un petit garçon asiatique. Deux autres femmes dont une qui est la maman du petit garçon viennent discuter avec Maman à l’abri sur leur terrasse. Nous préparons ensuite le diner (pâtes pesto), nous faisons la vaisselle avant de nous coucher.


Dimanche, nous nous réveillons sous la pluie, nous ne voulons pas sortir de nos duvets. Nous petit-déjeunons et nous démontons le camp trempé.

Nous repartons pour une étape de 65km en direction de Clearwater, là-bas, nous pourrons profiter d’un jour de repos. Mais avant ça, c’est l’heure des courses ! C’est une étape assez facile sans trop de montée. Nous pique-niquons après 35km et nous repartons pour 30km. Nous arrivons enfin au camping, l’étape était longue mais ça y est nous allons enfin avoir le droit à notre repos. Nous réservons deux nuits et nous partons prendre nos douches. Ensuite je rédige mon article pendant que Maëlle et Maxime disputent une partie de baby-foot ! Papa et Maëlle préparent le repas et nous rentrons dans nos tentes.




Merci de suivre nos aventures,


À bientôt,


Célia❤️


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
La Fraser Canyon, paysage typique de notre semaine !

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Sur le pont qui surplombe Granville island

Lundi, nous passons notre dernière journée à Vancouver. Nous profitons de la matinée pour nous reposer, travailler, mettre à jour le blog, et... reprendre le gainage.... Nous avions arrêté pendant quelques jours et la reprise est dure.  

L'après-midi, nous partons nous balader. Nous marchons jusqu'au Sky train et arrivons dans le centre de Vancouver.



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Centre de Vancouver

Nous déambulons dans les rues, dans les centres commerciaux. La ville est vraiment bien placée, il y a la mer, la montage et des rivières. On peut même voir des monts enneigés au loin ! Nous passons aussi dans quelques magasins de location de voiture : pour aller de Calgary à Toronto, il nous faut un moyen de transport qui ne demande pas trop de logistique. Pour le train et l'avion il faut démonter les vélos et c’est cher, donc l'option du pickup, du minivan ou de la remorque pourrait être mieux. 


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Marchés couverts

Il fait beau, il y a du soleil, la température est juste parfaite ! Nous nous baladons dans les marchés couverts, les parcs, les petites boutiques. Dans l'une d'elle nous rencontrons Leyla, une jeune française qui est à Vancouver depuis 2 mois. Elle a un visa de deux ans au Canada et veut partir faire la traversée en van avec son copain. Nous passons un bon moment à discuter, ça fait du bien de parler français de temps en temps ! Nous rentrons à la maison en bus et en Sky train. Pour le dîner, saumon et riz au curry ! ( Ça change des pâtes !) Nous terminons la journée en préparant nos sacoches et en rangeant nos affaires.



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Pause déjeuner dans un parc

Mardi, c'est le jour du grand départ ! Nous rangeons tout, prenons le petit-déjeuner, chargeons les vélos et partons. Il est déjà 10h30 quand nous arrivons au supermarché. Maman, Célia et Maxime partent faire les courses pendant que Papa et moi gonflons tous les pneus à 5 bars. Nous repartons et allons dans un magasin de vélo où nous achetons deux sacoches pour Maxime. En Australie il avait une caisse en plastique pour stocker la nourriture, mais il n'y en avait pas au supermarché, nous avons donc pris des sacoches. Maxime est super fier de porter des sacoches, il disait : « j’en ai marre de rien porter, après je passe pour le gros boulet de la famille ».


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Premiers paysages

Avec toutes ces pauses il est déjà 12h30, c'est l'heure de déjeuner. Nous mangeons notre habituel pique-nique dans un petit parc en ville et reprenons la route assez vite car nous avons encore 50km à rouler. Nous sommes sur une grosse route, il y a beaucoup de gros camions et de voitures. Nous nous faisons frôler à plusieurs reprises. Heureusement la route est plate et nous avançons assez vite. Au bout de quelques kilomètres, nous prenons une piste cyclable qui suit la route, c'est déjà plus calme. Le paysage est très beau, nous sommes près des montagnes. Nous passons aussi au-dessus de quelques rivières, les couleurs sont magnifiques ! 


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Premier camping canadien

Les kilomètres passent assez rapidement et nous arrivons dans un camping. La dame qui nous accueille est très gentille. Ils ont un prix spécial pour les cyclistes. Il y a aussi un salon avec sanitaires et cuisine. La gérante nous propose de dormir directement dans le salon car il n'y aura personne. Même pas besoin de monter les tentes ! Nous passons une bonne soirée au chaud, avec nos pâtes bolo. Nous dormons sur nos matelas par terre. 



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Vallée entre les montagnes

Mercredi, le réveil est peu dur, on serait bien resté au lit ! Nous prenons le petit-déjeuner, toujours dans notre salon privatisé. Nous prenons notre temps ce matin, nous profitons des canapés du salon. Nous partons vers 10h. La route commence par une montée, de quoi s'échauffer. Nous sommes sortis du périmètre de Vancouver, il y a donc moins de monde sur le route. En passant dans un village, nous nous faisons interpeller par deux personnes à vélo. Ils veulent nous prendre en photo pour leur site internet, leur but est d'avoir une piste cyclable sécurisée dans leur village et nous sommes un bon élément pour servir leur cause. Ils nous invitent chez eux pour regarder les routes à prendre et nous donne même un livre avec des free campgrounds !


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Premières étapes, sur du plat

Nous reprenons la route. C'est tout plat, nous sommes dans la vallée, entourés par les montagnes. Nous voyons quelques aigles qui planent au dessus des forêts. Nous sortons de la vallée et roulons quelques kilomètres vallonnés. Nous nous arrêtons manger dans un parc. Il y a des travaux et du bruit mais au moins c'est à l'ombre et nous avons des tables. Nous déjeunons et reprenons nos vélos car nous avons encore pas mal de kilomètres à rouler pour aller chez Vincent, le cousin de la maman de Papa. Il habite près d'Harrisson hot springs, au bord d'un lac.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Bord du lac, vue sur les monts enneigés

Nous sommes à 15km de la ville quand une voiture s'arrête et nous fait signe : c'est Vincent ! Il propose d'aller faire des courses pour le petit déjeuner de demain. Nous continuons de rouler sur le plat avant d'arriver au bord du lac, c'est juste magnifique ! Nous devons monter un peu pour aller à "La maison du lac", la propriété de Vincent. Il nous fait visiter la maison, c'est immense ! Nous rangeons toutes les affaires et prenons nos douches. Pour ce soir, Vincent nous a cuisiné du poulet (alors qu'il est vegan), du riz et de la salade. Ça faisait longtemps que nous n'avions pas mangé aussi bien. Nous passons une super soirée.


Jeudi, après une bonne nuit, nous rencontrons Katalin, la femme de Vincent. Elle nous a ramené des baguettes ! Nous prenons un petit déjeuner de rois puis partons avec Vincent faire un tour en voiture dans les environs. Nous roulons dans la forêt et nous arrêtons près d'un chemin. Nous parcourons le chemin à pied. Le trail dure 8km, dans la forêt et fait le tour du lac. Les paysages sont très beaux. Nous rentrons en voiture et pour le déjeuner, un repas vegan cette fois : une bonne soupe de carotte avec des chou-fleur au four !



L'après-midi, nous partons en ville à la pharmacie et à la fabrique de fromage "Natural cheese". Suivant les conseils de Vincent et Katie, nous achetons plusieurs morceaux de bons fromages. Nous revenons à la maison pour voir Katie aux fourneaux. Elle vient de Hongrie et nous cuisine du bœuf « bourguignon » hongrois et des pâtes. Mais pas n'importe quelles pâtes ! Ce sont des pâtes fraîches faites maisons : c'est délicieux !


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Katie cuisinant ses pâtes maison

Nous passons une très bonne soirée tous ensemble. Pour digérer ce repas copieux, nous partons pour une petite balade à pied près du lac. Le soleil se couche derrière les montagnes, c'est très joli. Nous parlons aussi avec les oiseaux grâce à la nouvelle appli de Papa qui reproduit les cris d'oiseaux. Ça marche pas mal avec les oies, elles se sont agitées dans tous les sens en criant pour trouver d'où venait le bruit. Nous rentrons ensuite pour se coucher car nous devons déjà repartir demain...


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Maxime et ses nouvelles sacoches

Vendredi, nous quittons la maison du lac où nous avons été accueillis comme des rois. Nous remercions du fond du cœur Katie et Vincent pour leur accueil ! Nous faisons le chemin inverse de mercredi pour revenir sur l'autoroute. Cette étape est encore plate. Il fait chaud et après avoir fait le plein niveau nourriture, nous devons ressortir la crème solaire. Nous nous arrêtons sur une aire d'autoroute pour le pique-nique. Ça faisait longtemps que nous n'avions pas mangé du bon fromage ! (Au bout de trois mois, on saturait du cheddar australien...). La fin de l'étape est un peu vallonnée, il va falloir se réhabituer à monter, car les Rocheuses ne sont pas connues pour être plates.



Nous arrivons dans un campground en forêt. Il est encore assez tôt, nous avons le temps de nous poser. Nous partons nous balader près de la rivière et nous nous lavons a l'aide de nos gants de toilettes. L'eau est glacée mais ça fait du bien de se laver après une journée a pédaler sous le soleil. Au Canada, dans les campgrounds, le prix est par emplacement et non pas par personne comme en Australie. Cela nous revient moins cher. Un autre point positif, les journées sont très longues. Le soleil se lève à 5h30 et se couche à 20h-21h. Nous avons donc la lumière du jour tout le temps, pas besoin de manger à la lampe frontale. Nous faisons un bon feu et mangeons nos pâtes ( pesto cette fois-ci !). 


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Montées dans le "Fraser Canyon"

Samedi, nous partons du camping vers 10h, après avoir fait un dernier tour à la rivière. Sur la route, nous entendons et voyons des trains, des longs trains. Nous avons compté : en moyenne 150 wagons de marchandises, soit entre 2 et 3 km de long au total ! L'étape d'aujourd'hui est bien vallonnée, les températures montent jusqu'à 31°. Les paysages sont toujours aussi grandioses, la rivière serpentant entre les montagnes. Nous avons quitté la vallée et sommes dans un canyon : le Fraser Canyon. Nous passons dans plusieurs tunnels. Certaines montées sont longues mais pas trop pentues, ce qui nous arrange.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Maxime et Papa dans leur trail

Nous nous posons sur une aire de repos pour le déjeuner. L'étape est vraiment fatigante entre le dénivelé et la chaleur. Nous faisons une longue pause bien méritée à l'ombre. Papa et Maxime partent faire le trail dans la forêt et se rafraichissent dans un cours d'eau. Nous repartons pour une après-midi encore plus vallonnée que ce matin... Nous faisons une pause en haut d'une montée,




Il y a une cascade et nous nous mouillons un peu pour nous rafraîchir et buvons à son eau : ça fait beaucoup de bien ! Nous arrivons au camping bien fatigués mais contents d'avoir fini de pédaler. Le gérant du camping est très gentil, il nous offre des Mr freeze, des bâtons de glace goût tropical ! Nous montons rapidement les tentes et profitons d'une bonne douche chaude. Pour le diner, il y a un restaurant près du camping et nous décidons d'y aller. Nous passons une bonne soirée tous les cinq, au chaud dans le restaurant, et profitons d’un bon repas simple, copieux et excellent ! Nous voyons, de la table du restaurant, des minis oiseaux trop mignons qui bougent comme des drônes, ce sont des colibris. Nous rentrons ensuite au camp.



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Pause déjeuner sur la route

Dimanche, nous quittons le camping après une séance de gainage plus dure que d'habitude, on est déjà bien échauffés. Nous avons 46km à rouler pour aller dans un campground similaire à celui de vendredi : des emplacements dans un parc provincial. La route est vallonnée mais les pentes sont correctes, nous avançons lentement. En haut d'une montée, nous attendons Maman. Elle est à plat... Nous nous mettons sur le côté de la route et changeons la chambre à air. Nous continuons un peu et nous arrêtons manger sur le bord de la route, avec vue sur la cascade.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Notre camp dans le parc provincial de Lytton

Nous reprenons la route et nous dirigeons vers Lytton pour faire des courses. La route est en descente, ça descend vraiment beaucoup... Ça veut dire qu'il faudra remonter. Nous faisons le plein de nourriture pour trois jours car il n'y pas de supermarché à moins de 100km. Nous roulons les 9 derniers kilomètres en montant. Nous arrivons enfin au campground, qui démarre réellement 30m plus haut (en altitude bien-sûr). Nous continuons à monter et croisons les rangers du camping. Nous parlons avec eux et ils nous disent qu'il y a un petit ours dans les environs de la forêt. Ils nous donnent un endroit où nous pourront mettre notre nourriture.  Nous montons le camp, nous lavons au gant de toilette avec l'eau froide et préparons le dîner. Nous allumons aussi un feu dans le « firepit ». Ce soir, porc au « barbecue » avec riz au curry et lait de coco ! De quoi bien se régaler ! Nous allons ensuite nous coucher dans nos duvets, bien au chaud. 



Cette première semaine de vélo au Canada a été riche en beaux paysages et nous avons retrouvé la vie en plein air avec plaisir et sans difficultés d'adaptation.


A bientôt pour de nouvelles aventures !


Maëlle