Le Blog de notre tour du monde à vélo en famille

Ici c'est le blog! Nous tâchons de l'alimenter à raison d'une fois par semaine. Mais vous pouvez suivre également notre galerie photo où nous posterons une photo par jour, notre galerie des sons et la rubrique "En Chiffres" pour voir où nous en sommes!


Lundi, nous nous réveillons tôt pour attaquer une grosse étape en pickup de façon à rattraper Salomé et Florian pour les voir une dernière fois. La nuit n’a pas été de tout repos, il a plu et les rafales de vent s’enchaînaient, sans compter que le double toit de la tente s’est déchiré sur 2m la veille. Nous avons donc été obligé de mettre la bâche qui nous sert à protéger le pickup sur le tau de la tente mais vers 3h30 le vent déplante les sardines, nous sortons avec Maëlle et Papa, nous replantons les sardines dans le froid et nous nous recouchons et finissons notre nuit. Ce matin, je découvre qu’une grande flaque d’eau se cache sous mon matelas et que mon legging est mouillé, l’eau est passé à travers le tau. Nous partons dans l’espoir de trouver sur la route de quoi le réparer. Allez, c’est parti pour 800 km !! Nous avançons de 300km le matin, vers 11h (2 jours plus tôt=9h) nous nous arrêtons prendre notre déjeuner au Tim Hortons même si c’est un peu tôt. Il continue à pleuvoir sans arrêt, nous voyons les gouttes de pluie tomber sur le pare-brise et les essuie- glaces bouger. Nous roulons pendant 300km, Maman remplace Papa au volant, il n’en reste plus que 250. Nous retrouvons Salomé et Florian quelques longues heures plus tard et nous les guidons jusqu’au parc municipal de Little Current. Le parc est très grand et un énorme pavillon s’y trouve pour être à l’abri du vent et de la pluie. La pluie nous suit depuis 3 jours... Nous partons jeter un coup d’œil dans un autre petit parc, nous arrivons en haut de la montagne et une magnifique vue s’offre à nous mais c’est écrit noir sur blanc que nous ne pouvons pas camper donc nous votons pour le parc municipal et nous y retournons. Arrivés là-bas, nous nous répartissons les tâches: Maman et Maxou pour le repas et Maëlle, Papa et moi pour le montage du camp.

Tour du monde à vélo en famille canada
Notre camp sous le grand pavillon

Nous installons la tente des enfants sous le pavillon et nous ne monterons que celle-ci puisque Maxime et Maman vont dormir dans le pickup. Nous mangeons et nous nous endormons auprès de Papa, c’est une première !






Tour du monde à vélo en famille canada
Petit-déj au soleil

Mardi, nous nous réveillons avec le ciel tout bleu, ça fait du bien ! Nous avons prévu de faire le tour de l’île Manitoulin avec Salomé et Florian.


Tour du monde à vélo en famille Canada
En plein trail

Nous débutons par un trail de 5km, nous mangeons sur un point de vue vers la moitié du trail. Nous sortons les affaires, nous commençons à manger et Salomé crie :  « Les gars y’a un serpent  ! ». On se lève tous en sursaut, effectivement un serpent se trouve juste en dessous des pieds de Salomé et nous nous rendons vite compte qu’un deuxième se trouve juste à côté du premier, puis sur le retour Maëlle et Papa en verront encore un troisième.

Tour du monde à vélo en famille serpents Canada
Les serpents

Nous partons vite manger à un autre point de vue sans serpents. Nous finissons le trail et nous dirigeons vers des grandes chutes d’eau puis nous partons nous baigner sur une petite plage, nous sommes seul. Quand je dis « baigner » c’est juste les jambes parce que même si il fait plus chaud que d’habitude l’eau reste froide. La plage est infestée de petites mouches noires qui piquent et nous retournons dans la voiture avec des piqûres un peut partout. Ça ne grossit pas et ça ne gratte pas trop mais ça fait un tout petit point rouge qui saigne. Nous roulons 200km jusqu’à Sudburi et pour notre dernière soirée ensemble, nous décidons de manger une pizza, depuis le temps qu’on en parle ! Dans le restaurant la serveuse parle bien français et est super sympa, nous ressortons le ventre bien plein. Nous arrivons dans un campground "par donation". Le gars est hyper sympa, il nous installe dans des minis chalets avec des lits, il est 23h et il nous fait un grand feu, il sort son chalumeau à gaz et allume le feu en deux secondes puis il nous amène dans sa réception pour faire les papiers et nous sort des cannettes de son frigo ainsi que 3 petits paquets de chips. Nous parlons un bon bout de temps auprès du feu et nous découvrons que le gars est un prêtre mais il a des enfants et a plein d’autres activités à côté. Encore une bonne rencontre de faite !



Mercredi, le gérant du camping nous avais dit la veille que nous pouvions emprunter sa petite cuisine, ce que nous faisons en profitant du grille-pain. Nous faisons nos adieux à Salomé et Florian qui partent à Québec puis nous partons à notre tour vers Toronto. C’est prévu que nous dormions chez le père et la belle-mère de Salomé. Nous déjeunons 100km avant Toronto dans un parc près d’un grand lac, c’est super beau et nous nous promenons sur le bord d’une petite plage avant de repartir pour 1h30 de route.

Tour du monde à vélo en famille Canada
La vue depuis le parc

Tour du monde à vélo en famille Canada
La petite plage

Anne, la belle-mère de Salomé, nous accueille avec joie, elle nous montre où nous pouvons dormir et nous annonce que ce soir c’est barbecue ! Nous découvrons aussi Luna et Youri, leurs enfants. Nous parlons autour d’un apéro, nous racontons notre voyage... Ils aiment beaucoup le vélo et sont assez sportifs surtout Didier qui prépare un "demi iron man". Nous dégustons les brochettes de poulet et de bœuf et nous passons une excellente nuit au chaud et au sec !

Tour du monde à vélo en famille Canada recontres
Avec Anne et Didier

Jeudi, nous prenons le petit-déjeuner et Anne rentre vers 10h. Nous lui faisons nos adieux tout content de cette rencontre et nous partons pour un magasin d’outdoor de façon à pouvoir réparer la tente. Le gars nous dit que la meilleure des solutions est de coudre une pièce sur la tente puis de la rendre étanche à l’aide d’un scotch spéciale. Nous nous rendons chez une couturière tout près du magasin d’outdoor, c’est prévu que nous venions chercher le tau vers 17h. Ça c’est fait, maintenant direction les chutes du Niagara.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Les belles chutes du Niagara

Tour du monde à vélo e famille
Et les touristes

Nous arrivons sur place, c’est juste fabuleux, les chutes sont super belles même si nous sommes sous la pluie et qu’il y a beaucoup de touristes. Nous y passons environ 1h puis reprenons la voiture pour revenir chez la couturière. Nous ne sommes pas déçu elle a fait ça comme une pro ! Il nous reste 1h pour aller chez Thomas et Jane, des amis qui nous accueillent pendant 3 jours sous leur toit, puis rendre le pickup. Entre temps nous avons quand même pas mal de kilomètres avec de la circulation. Nous arrivons chez Thomas et Jane, nous sommes super efficaces et nous déchargeons le pickup en 5min et je vais rendre la voiture avec Papa. Thomas nous rejoint là-bas pour nous ramener. Nous rendons la voiture et avant de rentrer à la maison, Thomas et Papa vont acheter quelques bouteilles de vin et de bière. Je les aides à porter les bouteilles dans le magasin et la caissière me dit que je n’ai pas le droit de faire ça puisque j’ai moins de 18 ans.

Tour du monde à vélo en famille Canada
La finale de la NBA

Nous rentrons et j’aide Jane à faire des pizzas maison, nous nous mettons à table et descendons en bas pour visionner la finale du match de basket Toronto-Golden States. C’est une grande finale pour les canadiens puisque la coupe sortirai enfin des États Unis. Nous (Toronto) remportons le match avec 4 points d’écarts.





Vendredi, nous faisons la plus grosse des grasses matinées, 9h30. Nous petit déjeunons puis je vais prendre ma douche. Maëlle finit son article de blog et nous partons quand Thomas rentre, après le déjeuner que Jane nous a préparé.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Ash avec moi au parc de foot

Nous nous rendons au parc d’à côté et en profitons pour promener le chien, Ash. Nous allons dans un autre parc où il y a pleins de buts de foot, nous jouons pour le plus grand plaisir de Maxime qui rêve d’en faire quand il rentrera. Un homme vient nous voir avec son chien, nous discutons et il est entraîneur de football, il nous confie que Maxime joue très bien et il pensait même qu’il était en club alors qu’il n’a pas fait une seul fois du foot dans sa vie. Nous ne le disons pas à Maxime car nous le connaissons et il frimerait pendant des heures. Nous rentrons avec Ash en laisse et bien épuisés. Papa, Thomas et moi allons faire des courses pour acheter du maïs, des pains hamburgers et deux trois bricoles.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Thomas au commande du barbecue

Thomas nous prépare de la bonne viande au barbecue avec du maïs et nous nous régalons avec nos pain burgers. J’ai vu qu’il y avait un rubik’s cube, Thomas annonce que celui qui arrive à le faire aura le droit à une récompense , je reprend mes vieux réflexes et en 5 minutes je lui montre le rubik’s cube terminé, il est hyper surpris et Papa essaye à son tour de le faire mais les vieux réflexes ne l’ont pas rattrapé...


Samedi, nous commençons la journée en essayant de faire un puzzle de 1000 pièces et Papa arrive enfin à faire le rubik’s cube.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Tous sur le trail

Nous nous préparons et allons marcher sur un trail de deux kilomètres au bord du lac. Nous parlons avec les oiseaux grâce à l’appli de Papa.

Tour du monde à vélo en famille Canada
Dans le restaurant pierogi

Nous allons manger des pierogis dans un petit restaurant et c’est un délice. Ce sont des ravioles frits ou bouillis avec du fromage et de la viande par dessus. On se régale, nous n’avions jamais goûté ça auparavant. Nous rentrons à la maison et Thomas, Papa, Maxime et moi allons jouer au foot au même parc que la veille et nous rentrons bien fatigués. Nous faisons un apéro dînatoire, les restes de viandes et de maïs... Nous continuons de nous occuper avec le puzzle puis nous partons voir un feu d’artifice. C’est sous la pluie et le brouillard mais c’est quand même cool, ça faisait longtemps.

Dimanche, nous restons une bonne partie de la matinée à préparer nos affaires, nous essayons de récupérer un max avant de pendre le bus de nuit ce soir qui nous emmènera à New York.

Tour du monde à vélo en famille canada
Enfin terminé !

Nous finissons le puzzle de 1000 pièces, puis Maëlle, Papa, Thomas et moi allons au barber shop pour que Papa puisse se couper la barbe. Je dispute une partie d’échec très serrée avec Maëlle puisque nous terminons égalité. Nous allons manger un burger dans un petit resto hyper sympa que Thomas et Jane nous on montré. Puis ils nous amènent en voiture jusqu’au rdv pour le bus. Nous attendons 30min et rentrons dans le bus. Si tout se passe bien dans 12h nous arriverons à New York...



Cette semaine était encore bien pleine à la fois reposante et pleine d’activités, nous avons de plus en plus du mal à nous dire que nous allons rentrer dans seulement 1 mois et demi, ça passe à une vitesse folle.

Merci pour tout,

À bientôt,

Célia❤️

Dernière mise à jour : 16 juin 2019


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Derniers paysages de montagnes

Lundi 3 juin, nous quittons le campground de Canmore vers 8h30. C'est une grosse étape aujourd'hui, un peu plus de 90km pour rejoindre Calgary. Nous souhaitons bon courage à Joren, le jeune belge. Il commence aujourd'hui le sentier qui part de Banff et qui mène jusqu'au Mexique, en passant par les Etats-Unis. Nous prenons la A1, route parallèle à l'autoroute mais bien plus belle ! Nous croisons une biche, plusieurs coyotes. Nous rejoignons ensuite l'autoroute pour éviter un détour et un peu de dénivelé. Malheureusement, nous y voyons plus d'animaux morts que vivants ... Les kilomètres passent assez vite mais il fait très chaud, bien que nous soyons toujours à 1000m d'altitude ! Nous nous arrêtons pour nos habituels sandwichs au roast beef et au cheddar, sur une aire d'autoroute. Maman fait sa petite sieste à l'ombre des vélos. Nous repartons et c'est l'heure du selfie des 10 000 km ! Nous sommes plutôt efficaces cette fois. D'habitude, la photo met trois heures à se prendre pour de multiples raisons : Maxime qui fait des têtes bizarres, moi qui ferme les yeux à cause du soleil, ... et j'en passe.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Les fameux 10 000 !

Les 15 derniers km se font facilement, nous avons hâte d'être arrivés. Papa a repéré un campground à l'entrée de Calgary. Nous y arrivons enfin mais nous dirigeons vite vers la sortie après avoir vu les prix... Enfin vite ... Tous sauf Papa qui a un pneu à plat. C'est l'occasion de faire une pause à l'ombre et de trouver un plan B pour la nuit. Demain, nous avons prévu d'aller dans un Warmshower avec Salomé et Florian. Nous contactons le warmshower et il peut nous accueillir une nuit de plus !  Ils ne seront là qu'à partir de 20h, nous avons donc le temps pour y arriver. Nous roulons dans la ville, sur les pistes cyclables, c'est pour l'instant très sympa ! Nous nous arrêtons prendre deux pizzas à se partager pour le dîner. Les gérants de la pizzeria sont vietnamiens, nous parlons avec eux de notre voyage. C'est amusant de retrouver l'accent asiatique. 

Nous reprenons les vélos et c'est un record car nous avons roulé 110km aujourd'hui ! Nous arrivons au warmshower et sommes accueillis par Tarn (14 ans), le plus jeune de la famille. Nous rangeons les vélos dans le garage quand le reste de la famille arrive : Tanya et Rick (les parents), Markos (16 ans) et Samson (18 ans). Ils nous installent dans le bureau de Rick, au sous-sol. Nous mettons les matelas par terre, Célia et Maxime dormiront sur le canapé du bureau. Nous rangeons les affaires et rejoignons la famille dans la salle à manger. Nous discutons de nos voyages. Tanya et Rick sont partis 2 ans à vélo quand ils étaient plus jeunes. Ils sont ensuite parti un an il y a 10 ans, avec les enfants en tandems. Leur dernier voyage était l'année dernière, d'une durée d'un an aussi. C'est très intéressant de parler avec eux, c'est la première fois que nous rencontrons une famille avec des enfants d'à peu près les mêmes âges que nous, et qui ont déjà autant d'expérience ! Nous terminons la soirée tous ensemble, puis il se fait tard et nous allons dormir au chaud, mais surtout au sec !


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Soirée tous ensemble au warmshower

Mardi, nous dormons assez tard. La matinée est calme, Papa fait son article de blog, Maman fait une lessive, nous travaillons, lisons. Salomé et Florian arrivent vers 13h. Nous mangeons rapidement puis partons en ville tous les sept. Notre mission du jour : trouver un moyen d'aller à Toronto en voiture (voiture + remorque, pick-up, ...). Après être passée dans tous les magasins de location de véhicules de la ville, nous savons que nous devrons nous séparer pendant le trajet. Florian et Salomé prendront une petite voiture, et nous prendrons un pick-up. Nous nous baladons en ville et nous nous posons boire un verre en terrasse. Nous rentrons au warmshower et dînons tous ensemble : un bon curry de légumes préparé par Tanya. La soirée se déroule dans une ambiance musicale très sympa (piano, guitare, banjo).



Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Balade à vélo dans Calgary

Mercredi, la matinée est tranquille, chacun s'occupe. Papa part confirmer la location du pick-up, Maxime joue, moi et Célia travaillons. Nous partons en fin de matinée avec Salomé et Florian pour un pique-nique dans un parc. La ville de Calgary est sympa, il y a des pistes cyclables. Nous nous baladons dans le centre, au bord de la rivière. Nous nous arrêtons aussi voir la bibliothèque. Ce soir, c'est à nous de préparer le dîner. Nous voulons leur faire découvrir un plat français mais nous avons trop d’idées et n'arrivons pas à nous décider ! Finalement, après un long débat nous allons faire les courses pour des croissants au fromage et à la béchamel, accompagnés d'une salade. Nous rentrons, et tout le monde se met en action pour préparer le dîner.

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Piste cyclable près de la rivière

Nous mangeons tous ensemble, seul Samson n'est pas là. Rick nous dit qu'il a un club d'art où il peint puis vend ses peintures aux enchères. Nous sommes tous motivés pour aller voir ! Nous prenons les vélos et en 10 min, nous sommes là-bas. Tous les mercredis, tous ces artistes se rejoignent ici et créent des œuvres pendant deux heures. Ensuite ils vendent chaque œuvre une par une aux enchères. C'est très intéressant de voir chaque artiste avec son propre art, ses propres techniques. Il y a de la peinture, du dessin, des tags, de la couleur, du noir et blanc,....

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Samson peignant un vélo

Ensuite vient la vente aux enchères. Chaque artiste explique un peu son œuvre puis les intéressés achètent. Presque toutes les œuvres sont vendues ! Nous rentrons ensuite à vélo et même s'il est 22h, il fait encore jour, c'est un point positif du Canada, contrairement à l'Australie où il faisait nuit noire à 17h.





Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Notre pick-up pour la semaine

Jeudi, c'est le début du road trip en pick-up. Nous disons au revoir à Salomé et Florian, nous essaierons de se recroiser sur la route. Papa et Maxime vont chercher le pick-up pendant que Célia Maman et moi bouclons toutes les sacoches et sortons tous les bagages dehors. Papa arrive avec le véhicule. Nous mettons tous les vélos dedans, avec la roue avant à cheval sur la porte de la partie cargo du pick-up. Nous attachons le tout à l'aide de sangles. Nous ajoutons les sacoches et le tout rentre facilement. Nous faisons nos aux revoirs avec Rick et Tanya, les remerciant pour leur hospitalité et surtout pour cette magnifique rencontre ! 

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Les canyons à Drumheller

Nous voilà maintenant partis pour une semaine de voiture. Nous faisons un premier stop au supermarché pour refaire un stock. Maxime reste dans la voiture et les parents, Célia et moi allons dans le magasin. Nous revenons au pick-up et nous voyons Maxime en pleurs, le pick-up qui sonne, les phares allumés,..... Et surtout Maxime qui dit: "Mais j'ai rien touché, ça s'est fait tout seul....". Bon, ça commence bien ! Nous avons 150km pour nous rendre à Drumheller. Il y a un Musée sur les dinosaures réputé pour être très complet et interactif. Nous nous arrêtons au passage pour manger près de canyons. On dirait les Rocheuses mais en versions miniature !

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Squelette de T-Rex

Nous arrivons au musée et sommes impressionnés par le nombre de fossiles de dinosaures qu'il y a. Ils ont retrouvé des dizaines de milliers de fossiles dans la région d'Alberta, aux alentours du musée, dont un squelette de T-Rex, à 90 % reconstitué de fossiles retrouvés ! Nous apprenons pleins de choses sur les fossiles, les ères des dinosaures, les théories sur leur extinction.


Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Musée paléontologique de Drumheller

Après tout cela, c'est l'heure de reprendre la route. Il est déjà 17h mais il faut avancer. Nous arrivons dans un campground quelques heures plus tard, il y a beaucoup de vent, nous faisons donc à manger derrière la roue du pick-up, à l'abri. Nous mangeons des pâtes et dormons au chaud dans nos duvets. 





Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Retrouvailles avec François

Le lendemain matin, nous plions le camp tôt, et partons dès que nous sommes prêts. Nous nous arrêtons prendre le petit-déjeuner dans un Tim Hortons. Nous roulons toute la matinée dans les plaines. Aujourd'hui nous devrions croiser François, un des deux québécois rencontrés avant Jasper. Sur les conseils d’André, le compagnon de voyage de François jusqu’à Calgary, nous lui avonspris un lait chocolaté et des craquers salés. Nous le croisons sur une aire d'autoroute. Nous sommes tous très contents de se retrouver !

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Free Camp, préparation du dîner

Nous en profitons pour déjeuner près du centre info de la ville de Moose jaw. Dans cette ville, il y a un Musée que nous nous étions fait conseiller. C'est sur la prohibition, l'interdiction de consommer, vendre et acheter de l'alcool dans les années 1920-1930. C'est intéressant et très interactif, alors même si on ne comprend pas tout (les acteurs parlent très vite), c'est un bon moment. Nous reprenons la route jusqu'à un free camp où nous sommes seuls. Nous faisons un feu dans le fire pit. Nous y faisons cuire la viande que Rick nous a gentiment offert lors de notre départ, et des galettes de pommes de terres. Nous ne nous couchons pas trop tard pour une fois pour pouvoir nous lever tôt le lendemain.


Samedi, nous nous levons tôt comme prévu. Il a plus cette nuit et il pleut encore ce matin. Les tentes sont trempées.... Mais nous n'avons pas le choix et nous devons les plier quand même. Nous partons tout de suite après. Dans ces moments-là, nous sommes contents d'avoir un abri permanent : le pick-up. Nous roulons un peu jusqu'à un centre info où nous cuisinons le petit-déjeuner sous la pluie, avec du vent. Nous mangeons à l'intérieur et repartons sur la route. Nous roulons toute la matinée jusqu'à Winnipeg où nous faisons quelques courses pour le déjeuner. Nous mangeons sur le parking puis partons nous balader. Ça fait du bien de se dégourdir les jambes ! Nous allons dans un parc très joli. Nous y voyons des oies avec leurs bébés, beaucoup de petites marmottes. Nous passons aussi dans une sorte de marché couvert, avec une ambiance très sympa.


Nous rejoignons la voiture car nous avons encore des kilomètres. Le décalage horaire ne nous aide pas, nous avons une heure de plus qu'avant, et nous aurons encore un heure de plus demain. Nous nous dirigeons vers thunder bay (qui porte bien son nom). Les campgrounds sont trop chers, nous avançons encore jusqu'à trouver un camping à prix raisonnable. Nous mangeons une banane et du pain avant d'aller dormir dans les tentes montées en vitesse sous la pluie, au milieu d'une invasion de moustiques. 


Dimanche, il a plu toute la nuit et il pleut encore au réveil. Nous traînons un peu, nous sommes tous fatigués. On pourrait penser que ne rien faire dans le pick-up est reposant mais en fait, c'est tout l'inverse ! Ne rien faire fatigue alors que d'être en action nous oblige à nous bouger, et nous nous sentons moins fatigués. Nous roulons le matin et déjeunons vers 15h (nous sommes vraiment dans des horaires décalés). Pour ce soir, nous décidons de faire un bivouac. Nous repérons une aire au bord du lac. Il y a des tables, des toilettes. Le terrain est sableux mais cela fera l'affaire pour une nuit.

Tour du monde à vélo en famille 2018-2019 : Canada
Réparation partielle de la tente

Au Canada le bivouac est autorisé mais déconseillé dans les zones un peu "dangereuses" à cause des ours par exemple. Mais ici, aucun risque. Nous montons les tentes qui sont encore un peu mouillées et au moment de tendre.... Crac. Le double toit de notre tente (enfants) se déchire sur presque 2m... Nous avons quelques rustines de réparation pour trous mais pas pour déchirures. Nous scotchons quand même les extrémités de la déchirure pour ne pas qu'elle s'agrandisse. Il va pleuvoir toute la nuit donc nous installons notre tarp (bâche), que nous utilisions pour mettre sur le vélos, à l'arrière du pick-up. Nous l'avons depuis le début du voyage mais nous nous en étions jamais vraiment servi. Nous mangeons nos habituelles pâtes et nous couchons en espérant ne pas nous réveiller mouillés...


Cette semaine est déjà terminée, elle est passée super vite. Le trajet en voiture n'était pas si ennuyeux, les plaines sont très jolies à voir. Mais nous sommes quand même contents de ne pas être en pick-up pour toute l'année car moins nous sommes en action moins nous avons envie d'être en action. Et puis avec le décalage horaire, ça n'aide pas niveau fatigue. Pour ma part j'ai hâte de reprendre le vélo ! 


A bientôt pour de nouvelles aventures 


Maëlle

"The Icefields Parkway comme ils disent...la Promenade des Glaciers...c'est au Canada ce que la Great Ocean Road est à l'Australie, ce que la route 66 est aux Etats Unis et ce que la route touristique de la côte sauvage Penfoul - Kersaint est à la France" - Jean-Michel Petifuté


Tour du monde à vélo en famille : Lac Peyto, Bow Summit
Le lac Peyto vu du sommet Bow à 2.165m

Lundi 27 mai 2019, à Jasper, à l'issue d'une nuit glaciale ayant atteint les - 5°, nous nous réveillons à 8h00 (nous avons encore changé d'heure la veille et pour notre corps il est 7h00). Nous lançons un feu pour nous réchauffer : il sera épaulé dans cette tâche par le soleil dans un ciel sans nuage. François et André viennent, comme de vieux amis que l'on connaîtrait depuis toujours, faire un brin de causette avant de reprendre la route. Après avoir évoqué les possibilités de se revoir au Québec puis les embrassades d'au-revoir chaleureuses, nous terminons notre petit déjeuner puis chacun prend un peu de temps pour soi afin de bien démarrer ce jour de repos mérité.

Tour du monde à vélo en famille : Jasper
Jasper

Nous prenons nos vélos en fin de matinée pour nous rendre à Jasper faire une lessive, déjeuner, faire les courses et visiter. La ville est toute petite mais très animée, comme une station de ski en plein hiver. Elle est le point de départ de nombreux trails et de "la promenade des glaciers" (The Icefields Parkway) : un road trip réputé de 300km qui rejoint Banff en traversant les parcs nationaux de Jasper et de Banff. Nous allons le faire à vélo, mais l'absence de points de ravitaillement sur la route nous impose de prévoir des provisions pour 4-5 jours d'autonomie. Une fois nos tâches achevées, nous rentrons au camp.


Tour du monde à vélo en famille : bbq
Les jeunes aventuriers en charge du "BBQ"

Nous lançons un feu pour cuire notre repas du soir : porc mariné et pommes de terre en papillotes à la crème et à la fêta. Mais nous nous apercevons que nous avons oublié de provisionner du gaz en quantité suffisante pour les prochaines étapes, ce qui me vaut un second aller retour express à Jasper, soit encore 12km à rouler... Au retour, le repas est délicieux, et au moment d'aller faire la vaisselle avec Célia, une dame qui occupe l'évier nous regarde arriver comme si nous étions des fantômes : elle nous dit légèrement stressée de regarder derrière nous. Effectivement, c'est quelque peu inhabituel, puisque nous sommes suivis par une grande femelle Wapiti qui se met à courir vers nous...

Nous nous enfermons dans les toilettes, Célia et la dame dans les toilettes des femmes, et moi dans ceux des hommes, les bonnes manières ayant la dent dure face à la frayeur... Alors que la femelle Wapiti attend devant la porte des toilettes des femmes (peut être juste une envie pressante après tout...) , j'ouvre la porte pour intercepter Maëlle qui se dirige droit sur le wapiti en regardant ses pieds... Tout à coup le grand animal, de la taille et de la stature d'un étalon, charge une femme qui passe à proximité puis dévie heureusement sa course quelques centimètres avant l'impact. La femme en est quitte pour une énorme frayeur qu'elle manifeste dans un cri strident, et de notre côté nous voyons là une bonne occasion de quitter les toilettes pour aller de ce pas prévenir les rangers de la présence et de l'agressivité de l'animal. Ils se chargent alors de chasser en douceur l'animal dans un ballet que nous observons tout en faisant connaissance avec Kris, un jeune cyclo Allemand qui vient faire la traversée du Canada en solo et qui entend parler de nous depuis Vancouver au gré de ses rencontres sur nos traces. Les rangers nous précisent que la femelle est proche de mettre bas, ce qui explique son agressivité. Elle souhaite mettre bas dans le campground car la présence d'humains dissuade les éventuels prédateurs que sont les ours et les loups de s'approcher du petit : malin hein ? Quelques minutes plus tard, un nouveau spécimen de femelle wapiti, cette fois secondée par son petit de 2 jours, fonce à travers le camp pour échapper aux rangers qui ont changé de mission. La soirée se termine tardivement sur ces belles images !

Mardi, comme la veille, le rituel du feu matinal s'installe pour conjurer la peine causée par le froid mordant de la nuit. Cependant, nous avons mis au point la veille notre équipement en investissant chacun dans une paire de chaussettes chaudes et dans un kit de chaufferettes de survie à utilisation unique au cas où les conditions sur les glaciers venaient à être extrêmes. Comme nous n'aurons ni réseau, ni wifi durant les 5 prochains jours, Léna finalise l'article de blog de la semaine durant la matinée, pendant que nous vaquons à diverses occupations dont nos exercices de gainage qui sont désormais devenus hebdomadaires plus que quotidiens...La séance est particulièrement difficile, mais nous en sommes au 29è jour du défi qui en compte 30 : vivement que ça se termine ! Nous démarrons notre première étape de la promenade des glaciers vers 12h.

Tour du monde à vélo en famille : chutes athabasca
Avec Salomé et Florian aux chutes Athabasca

Nous sommes à 1000m d'altitude et nous allons passer 2 cols à plus de 2000m dans la semaine. Cette première étape est donc en pente douce. Nous nous arrêtons pique niquer face aux montagnes vers 14h et rencontrons un jeune couple Franco-Belge souriant sur leurs vélos chargés nous suivant de près. Il s'agit de Salomé et Florian, tous deux architectes en voyage pour 2 mois et avec qui le contact passe immédiatement. Après un bref échange, rendez vous est donné aux chutes Athabasca, cascade particulièrement puissante à 5km de là. Ce rendez-vous est le premier d'une longue série puisque nous allons finalement bivouaquer ensemble tout au long de la route jusqu'à Banff. Les chutes sont belles et surtout apportent de la fraîcheur à cette journée aussi chaude que les nuits sont froides.

Tour du monde à vélo en famille : Lac Honeymoon
Lac Honeymoon : nous sommes dans un fond d'écran !

Nous poursuivons notre route jusqu'au lac Honeymoon où nous nous poserons pour la nuit dans un campground. Nous montons le camp, nous lavons avec l'eau du lac au gant de toilettes, faisons un feu pour éloigner les moustiques et réchauffer l'air qui se rafraîchit rapidement puis mangeons notre kilo de pâtes sauce 4 fromages tout en devisant avec nos compagnons Salomé et Florian.

Tour du monde à vélo en famille : Rencontres
Nelly et Didier, aventuriers à moto

Nelly et Didier, un couple de Vendéens en pré-retraite ayant tout vendu pour vivre en nomades à motos sur les routes du monde, nous rejoint et nous faisons connaissance en partageant nos expériences et nos visions avec enthousiasme ! La nuit s'annonce encore très fraîche et l'étape du lendemain difficile, alors nous nous couchons tous vers 22h après le passage des rangers.






Mercredi, pour éviter la chaleur du milieu de journée et pour profiter un maximum de la route magnifique sans véhicules, nous nous levons à 5h30 et commençons à pédaler à 7h. Flo et Salomé partent devant. Nous prévoyons aujourd'hui d'atteindre le premier col à 2100m (Wilcox). Nous nous arrêtons fréquemment sur la route, profitant des paysages magnifiques pour reprendre notre souffle, boire et manger. Après une longue ascension éprouvante, nous atteignons le champs de glace et nous y arrêtons pour un moment de plaisir et de détente dans la neige.


Nous avons été surpris auparavant par le manège touristico-commercial qui a été mis en place : un promontoire desservi par un parking accessible uniquement aux bus, et payant, accueille nombre de touristes asiatiques qui partagent largement la croyance occidentale que si c'est payant c'est que c'est mieux...le truc c'est que le promontoire permet de voir exactement ce que l'on voit de la route, mais il est interdit de se garer. Bien joué : interdisons aux gens de s'arrêter puis mettons en place des navettes payantes pour ceux qui veulent admirer le paysage, encore un bel exemple des aberrations produites par l'appât du gain. Bon, de notre côté, en passant à vélo, nous avons tout le temps de profiter gratuitement de la beauté que la nature nous offre mais qu'elle ne ferait jamais payer d'elle-même (c'était la minute critique sociale !).


Nous arrivons au sommet Wilcox vers 13h00 et nous rendons dans le campground du même nom pour déjeuner et envisager de passer la nuit. Il est fermé, comme la majeure partie des services qui n'ouvrent qu'en juin, mais les Rangers nous ont dit la veille qu'en tant que cyclistes, on ne nous dirait rien si nous nous y installions... Une voiture de patrouille apparaît alors que nous déjeunons et la chef Ranger locale n'entend pas les choses de la même manière. Elle nous dit qu'elle ne peut pas accepter que nous restions et que nous devrions aller à l'hôtel, usine à touristes au champs de glace, 3km avant. Cette option n'est pas envisageable : nous voulons dormir dehors dans le froid glacial de la nuit à plus de 2000m, ça fait partie de notre aventure ! Nous envisageons d'abord d'avancer jusqu'au prochain camping à 35km, mais nous savons qu'il est fermé également et nous sommes fatigués par les 900m de dénivelés que nous avons déjà dans les jambes pour aujourd'hui... L'autre option est de se trouver un bivouac dans le bush à l'abri des regards et des rangers, mais dans ce parc national grouillant de faune pas toujours amicale, ce ne serait pas très responsable. Finalement, nous restons ici en préparant notre argumentaire pour les Rangers s'ils venaient à repasser : je leur proposerais la signature d'une décharge qui les dédouanera de toute responsabilité en cas de problème et qui précisera que nous avons été averti des dangers etc...Florian et Salomé nous rejoignent peu de temps après et partagent notre envie de braver l'autorité des Rangers. Seuls dans le camp, nous rangeons nos affaires et partons tous les 7 faire un petit trail qui nous fait monter à 2400m. La vue est somptueuse et nous croisons des mouflons d'Amérique sauvages.

Après une bonne heure de marche, nous rentrons au camp, nous mangeons notre kilo de pâtes bolo et nous couchons. Il est 21h00, et les Rangers ne sont pas repassés, probablement délibérément. La nuit est très fraîche et très calme.

Jeudi, nous nous levons à 5h30 à nouveau, frigorifiés, mais heureux d'avoir passé ce défi d'une nuit à plus de 2000m avec nos équipements 3 saisons.

Tour du monde à vélo en famille : Wilcox
Réveil sur notre camp à plus de 2000m d'altitude

Nous nous mettons tous en action pour nous réchauffer. C'est particulièrement dur pour Maxime ce matin là : il a froid, il est fatigué et le moral n'est pas au beau fixe au point qu'il qualifiera ce début de journée de "pire journée de sa vie"...Nous attaquons la descente à 7h00, et si c'est facile pour nos muscles encore engourdis, le vent nous gèle littéralement. Après 5km, nous nous arrêtons pour un petit trail. Maxime, qui n'en peut plus, met ses mains sous mes aisselles pour les réchauffer. Ça fonctionne et l'espoir d'une bonne journée se fait sentir, d'autant que le trail est complètement enneigé, si bien que la promenade est écourtée au profit d'une bataille de boules de neiges.

Tour du monde à vélo en famille : Icefields Parkway
Attention, bataille de boules de neiges

En repartant, Maxime a retrouvé le moral et qualifie la journée de "meilleure journée de sa vie"! Le soleil commence à chauffer et nous redescendons progressivement jusqu'à 1400m. Nous croisons des mouflons d'Amérique sur la route, puis 2 ours noirs successivement : le premier traverse nonchalamment la route devant nous, le second est dans la forêt de notre côté de la route. Nous déjeunons ensuite tous ensemble sur une aire de repos avant de reprendre la route pour remonter à 1700m. Nous nous arrêtons régulièrement admirer les points de vue qui s'offrent à nous.


Tour du monde à vélo en famille : Icefields parkway
Notre camp au lac Waterfowl

Peu avant notre arrivée au lac Waterfowl, Nelly et Didier, les nomades à moto, nous rattrapent et s'arrêtent pour nous donner des clémentines : ils savent que nous avons principalement du pain et des pâtes pour 4 jours. Après un bref échange, nous leur donnons rendez-vous le lendemain à Lake Louise. Nous retrouvons ensuite Flo et Salomé au campground fermé du lac Waterfowl. Encore un immense site sans personne, pas de rangers à l'horizon. Nous établissons notre camp, nous lavons dans la rivière, lançons un feu, mangeons notre kilo de pâtes pesto puis faisons un UNO tous les 7 avant de nous coucher. La journée a encore été pleine et la fatigue se fait sentir !

Vendredi, nous nous levons à 6h00, faisons un feu pour nous réchauffer, petit-déjeuner, lavage de dents et vaisselle dans la rivière puis départ vers 7h30. L'étape démarre par 20km de grimpette pour atteindre le sommet Bow à 2100m. Il fait encore frais et la montée nous réchauffe. A un moment donné, j'entends Célia, en seconde position crier "Ours", code que nous avons mis en place plutôt explicite et au son duquel nous nous arrêtons immédiatement. Je m'arrête donc, mais sans voir l'ours en question, et pour cause, il est à 5m de nous sur ma droite et nous tourne le dos. Nous faisons donc du bruit pour lui signifier notre présence et il s'éloigne vers la forêt. Nous atteignons le sommet dans l'euphorie et avec la satisfaction d'avoir grimpé un second col à plus de 2000m dans la semaine.

Tour du monde à vélo en famille : lac Peyto
Promis, ce n'est pas un "fond vert", mais vraiment le lac Peyto vu du sommet Bow !

Tour du monde à vélo en famille : Bow summit
Bonhomme de neige pour immortaliser l'ascension

Nous utilisons cette énergie pour marcher jusqu'à un point de vue incroyable sur le lac Peyto d'un bleu électrique. Maxime et Léna font un bonhomme de neige avant que nous repartions pour 45km qui nous feront redescendre à 1500m. Nous voyons alors notre premier grizzli avec son petit dans la plaine à une centaine de mètres. Un rangers le surveille depuis la route et nous fait signe de passer notre chemin. Nous déjeunons à Moskito Creek où nous retrouvons Flo et Salomé qui font la sieste. Nous aussi nous en avons besoin, les organismes commencent à peiner. Parvenus à Lake Louise dans l'après Midi, nous rencontrons Joren, un belge qui descend au Mexique en VTT depuis Vancouver. Il n'a pas croisé d'autres cyclistes depuis son départ. Nous le convions à se joindre à nous pour partager un emplacement au campground avec Salomé et Florian.

Tour du monde à vélo en famille : Lake Louise
La joyeuse bande pour une soirée mémorable

Nous y retrouvons également Nelly et Didier. Il y a une supérette à Louise Lake, la première depuis Jasper, nous allons pouvoir manger autre chose que des pâtes. Tous les 10, nous organisons rapidement et efficacement une super soirée conviviale autour d'un feu qui nous sert de grill et de four : hamburgers maison, pommes de terre, omelettes, salades, cookies, vin, rhum et échanges passionnés et passionnants nous nourrissent le corps et l'esprit. Nous nous couchons repus, heureux mais fatigués vers 22h30, plein de belles images en tête.


Samedi, nous décidons de prendre un jour de repos qui démarre par un lever à 7h00 pour aller randonner au lac Louise. Nous nous y rendons en bus avec Salomé et Flo, quittant Joren, Nelly et Didier qui continuent leurs aventures respectives. Sur place, le lac est magnifique et nous empruntons un petit trail de 7km qui nous mène au lac Agnès. En marchant nous faisons connaissance avec Julien et Emilie et leurs 3 enfants partis en camping car depuis 2 ans et qui ont traversé l'Amérique du Sud et du Nord.


Lorsque nous rentrons au campground en fin de matinée, nous déjeunons, puis Flo et Salomé repartent en direction de Banff. De notre côté, nous démarrons une sieste qui dure...puis travail, lecture, repos pour cette fin d'après-midi. Après le dîner et une pizza cuite au feu de bois dans un four de notre confection, tout le monde se couche tôt, la fatigue accumulée ayant vraiment raison de nous. Je profite d'un bon feu pour mettre le site à jour en écoutant de la musique : un petit moment rien qu'à moi qui fait aussi beaucoup de bien !

Dimanche, nous nous levons à 6h00 ! Flo et Salomé nous ont envoyé un message la veille au soir pour nous signifier qu'il y a un restaurant indien qui fait buffet "all you can eat" (c'est à dire à volonté) à Banff le midi...Nous en avons rêvé toute la semaine, c'est dimanche et les nuits gratuites et les pâtes à chaque repas nous laissent le champs budgétaire libre pour un tel plaisir. Cette perspective est un vrai moteur pour les enfants qui se démènent afin que nous partions suffisamment tôt pour rouler 65km dans la matinée et être à Banff pour le déjeuner. Nous empruntons une très belle route dénuée de toute circulation pendant 30km sur laquelle un Rangers protège à nouveau un Grizzli de la présence humaine et inversement. Ensuite, nous rejoignons l'autoroute pour les 30 km suivants avant d'emprunter un trail pour les 5 derniers km. Nous arrivons devant le restaurant Indien à 12h00 pile...Comme quoi avec un objectif bien défini, une motivation correspondant aux attentes des participants et les moyens d'y arriver on peut tout faire ! Flo et Salomé nous y attendent et nous passons 2h30 à déguster l'ensemble des plats que propose le restaurant. Nous sortons du restaurant bien lourds, puis pendant que les enfants digèrent dehors, nous allons faire les provisions pour les prochains jours avec Léna. Faire les courses le ventre plein est un bon moyen de respecter le budget alimentation ! Ensuite, nous allons nous prendre un café au Tim Hortons : Léna s'endort pendant 2 heures sur la table, les enfants jouent et lisent, et je profite de la connexion et des prises de courant pour recharger le matériel et démarrer la rédaction de cet article. Il est 17h lorsque nous ressortons pour faire un petit tour de la ville à vélo. Nous grimpons ensuite vers le seul camping de la ville : nous sommes refoulés à l'entrée, il n'accepte que les vans et camping cars, la section "tentes" n'étant pas encore ouverte. Pas grave, nous roulons confiants 25km jusqu'au prochain village en espérant y trouver un endroit pour dormir. Il y a un campground tout simple dans lequel vient également d'arriver Joren, le cycliste Belge rencontré quelques jours plus tôt. Nous partageons un emplacement pour diviser les frais et passer la soirée ensemble avant de dormir. La nuit est moins fraîche que les précédentes, nous sommes redescendus à 1300m d'altitude.


Comme bien souvent, mais là particulièrement, la semaine aura été d'une densité incroyable, chaque journée portant son lot de sensations et d'émotions fortes et contradictoires : froid / chaud, faim / repu, fatigués / euphoriques, moral bas / émerveillement, montées / descentes, tensions / solidarité, seuls au monde / rencontres, sérénité / adrénaline et tant d'autres...Je trouve très difficile d'exprimer ce que l'on peut ressentir au delà de raconter de façon très factuelle nos journées, mais la vie intérieure qui accompagne les évènements (et les non-évènements) est extrêmement intense. Et pouvoir la partager au quotidien avec son conjoint et ses enfants et les rencontres de tous horizons que nous faisons est un privilège incroyable qui, pour moi, va bien au delà du simple fait de voyager et de voir du pays.


La semaine prochaine, nous passerons la barre mythique des 10.000 km et nous chercherons un moyen de rejoindre Toronto depuis Calgary en apportant nos vélos. Une nouvelle semaine, une nouvelle aventure !


A bientôt !


Gilles