Le Blog de notre tour du monde à vélo en famille

Ici c'est le blog! Nous tâchons de l'alimenter à raison d'une fois par semaine. Mais vous pouvez suivre également notre galerie photo où nous posterons une photo par jour, notre galerie des sons et la rubrique "En Chiffres" pour voir où nous en sommes!


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Chris Abi Griffin Jasper Juniper et Rowan

Lundi 1 juillet, nous profitons des vrais lits pour rester dormir. Nous prenons le petit-déjeuner avec Abi, Chris et les enfants. Ils ont préparé des pancakes avec des fruits et du sirop d’érable fait maison, trop bon ! Ce matin, ils vérifient que tout va bien dans une de leur ruche. Papa, Célia et moi enfilons nos tenues d’apiculteurs et observons Abi et Chris ouvrir la ruche. Le nombre d’abeille est impressionnant ! Abi nous explique qu’ils cherchent des larves car cela voudrait dire qu’il y a une reine. Quand il y a trop d’abeilles dans la ruche, la reine part avec un essaim d’abeilles et essaye de se réinstaller ailleurs. Chris et Abi ont vu un essaim partir il n’y a pas si longtemps et ils voulaient vérifier que l’ancienne reine avaient pondu des œufs pour avoir une descendante. C’est très intéressant de voir le fonctionnement de la ruche ! Une fois tout cela fini, nous nous occupons le temps que Maman finisse son article de blog.

Nous rangeons les sacoches et chargeons les vélos. Malheureusement c’est déjà l’heure des aux revoirs ... Nous remercions Chris Abi et leurs enfants Griffin Jasper Juniper et Rowan pour leur super accueil, leur mode de vie est vraiment un exemple pour nous ! Après des embrassades chaleureuses, nous devons reprendre la route. Nous avons prévu de rejoindre Salomé et Florian à Gananoque, un village à une quarantaine de kilomètres. Nous roulons un peu et nous arrêtons déjeuner près d’un supermarché où nous trouvons pour une fois du bon pain ! Nous repartons assez vite, pour ne pas arriver trop tard. C’est un peu vallonné et il fait très chaud. Il est 17h quand nous arrivons à Gananoque et nous commençons à regarder si nous trouvons des spots de bivouacs.

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Selfie avec Greg et Kim, Salomé et Florian

Dans la ville, nous nous faisons aborder par Greg et Kim qui discutent avec nous et qui, après nous avoir demandé où nous dormons ce soir, nous proposent de mettre la tente dans leur jardin ! Ils habitent juste à 100m de la rue principale. Nous les rejoignons et ils nous montrent la maison. Salomé et Florian arrivent un quart d’heure après, contents eux aussi d’arriver après leur longue étape. Nous prenons l’apéro tous ensemble, dans le jardin. Vient l’heure du repas mais nous n’avons même pas le temps de préparer une salade que Kim a déjà tout fait. Elle a déjà cuisiné une salade et les pizzas qu’elle a commandées arrivent tout juste ! Nous apprenons beaucoup à recevoir pendant ce voyage, et ce n’est pas aussi facile que cela en a l’air. 

Aujourd’hui, c’est le Canada Day, la fête nationale du Canada. Il y a un feu d’artifice ce soir, au bord du lac. Nous nous y rendons tous ensemble. Il y a une ambiance assez familiale, tout le monde a son petit drapeau canadien. Nous regardons le concert d’un groupe de musique en attendant les feux d’artifices. La première fusée éclate et le feu d’artifice commence ! Il est très beau et assez long, nous passons un très bon moment. Nous rentrons ensuite tous ensemble pour aller dormir dans nos tentes, après avoir remercié de tout cœur Kim et Greg pour cette super soirée ! 


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Comptoir en livres dans le café

Mardi, nous restons dormir un peu. Greg est déjà levé et a préparé du café. Nous prenons le petit-déjeuner sur la table du jardin. Greg nous amène du sirop d’érable fait maison à partir des deux arbres de son jardin. Il nous explique que pour 500ml de sirop, il faut 40 litres de sève d’érable ! Il nous fait aussi gouter du miel qui vient de ses ruches, un vrai délice ! Nous plions le camp et chargeons les vélos, puis nous nous posons avec Salomé et Florian pour échanger nos bons plans bivouacs sur la route. C’est ensuite l’heure de partir. Nous prenons quelques photos tous ensemble puis après des aux devoirs chaleureux, partons tous les sept pour rejoindre le centre-ville. Comme c’est certainement la dernière fois que nous allons nous voir (en tout cas pendant le voyage), nous allons boire un café dans la ville. Nous y restons un bon moment et quand nous sortons, il est déjà presque 12h. C’est un peu tard pour prendre la route, tout le monde est fatigué, c’est une bonne occasion de rester ensemble plus longtemps et de faire un jour de pause. Nous allons voir au Visitor centre si il n’y aurai pas de campgrounds ou de free camps dans le coin, mais il n’y a rien. Ce sera donc bivouac dans un parc ce soir. Nous passons faire des courses et allons dans un grand parc, un peu en retrait de la ville, pour manger. Nous profitons de l’après-midi pour lire, faire la sieste, jouer, se reposer. Papa et Maman partent à la recherche d’un bivouac. Nous mettrons les tentes au fond du parc, derrière des gradins.

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Baignade dans le lac

Nous décidons ensuite de bouger, nous n’allons pas rester ici jusqu’à ce soir quand même ! Nous prenons les vélos et allons dans un autre parc, près du lac, là où il y avaient les feux d’artifices hier. Nous nous baignons, jouons à quelques jeux de cartes et commençons à préparer le dîner. Une fois que tout est rangé, nous revenons sur le lieu de bivouac. Nous allons chercher des glaces au supermarché (celles du glacier près du lac sont hors de prix) et attendons que le match de baseball soit fini. Nous allons ensuite monter les tentes derrière les gradins, là où personne ne peut nous voir de la route. Seul point embêtant, les moustiques……. Il y en a par nuages, nous les entendons bourdonner dans nos oreilles…. Nous montons les tentes en vitesse, toujours en mouvement pour ne pas laisser les moustiques nous piquer. Quand tout est prêt, nous pouvons enfin rentrer dans la tente, seul lieu de sécurité. Nous voyons les moustiques par centaines entre la moustiquaire et le double-toit ! Nous tuons les plus aventureux qui sont rentrés dans la tente au péril de leur vie. Nous espérons passer une bonne nuit !


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Vue magnifique depuis le pont des Milles-îles

Mercredi, nous plions le camp aussi vite que nous l’avons monté hier, toujours à cause des moustiques. La mauvaise nouvelle, c’est que plus nous allons nous approcher de Québec, plus il y aura des moustiques… Nous allons prendre le petit-déjeuner sous le pavillon, sur les tables de pique-nique. Nous profitons des derniers instants avec Salomé et Florian, cette fois-ci c’est malheureusement les « vrais » aux revoirs (nous avons du nous dire au revoir au moins une dizaine de fois, mais nous nous sommes toujours revus après). Nous espérons bien les revoir à Nantes s’ils font un tour en Europe à vélo !

Nous prenons la route et nous dirigeons vers un Visitor centre pour trouver un médecin (rien de grave, juste une simple consultation), et partons donc un peu tard de la ville. Nous rejoignons la route seulement vers 11h… Il fait très chaud et la piste cyclable est au bord de la route, au soleil. Nous faisons un détour par le Pont des milles-îles, grand pont traversant le fleuve Saint-Laurent et allant aux Etats-Unis, duquel nous avons une vue magnifique des 1000 îles. Nous retrouvons la route et nous arrêtons dans un parc pour manger en vitesse. Nous devons arriver à Brockville le plus tôt possible car ici, les médecins prennent des patients seulement sur rendez-vous, et ils ne prennent pas de nouveaux clients. Nous allons donc devoir aller aux urgences. L’étape est fatigante entre la chaleur et la route que l’on voit sur des kilomètres et des kilomètres. Nous arrivons enfin au campground de Brockville. Papa et Célia prennent une douche et partent à l’hôpital pendant que Maman, Maxime et moi montons le camp. La soirée se déroule tranquillement, Papa et Célia rentre vers 20h30. Nous sommes tous contents d’aller nous coucher !


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Sieste au camping

Jeudi, nous commençons par un vote : jour de pause au camping ou vélo ? Célia et moi voulons continuer pour avoir un jour en plus à Montreal, mais Maxime est vraiment très fatigué et le besoin d’une vraie pause se fait sentir. Nous restons donc une journée au camping. Nous nous reposons, Papa fait son article de blog. En fin de matinée, je pars faire les courses avec Célia et Maman. Nous repassons à l’hôpital pour récupérer un tampon du médecin que Papa et Célia avaient oublié hier. Nous nous posons ensuite au Tim Hortons pour avoir du wifi puis allons faire les courses. En sortant du supermarché, nous remarquons que nous n’avons plus qu’un sac à dos… Célia a oublié le 2ème au Tim Hortons… Maman part le chercher et nous rentrons avec Célia pour préparer le déjeuner. L’après-midi nous allons nous baigner dans la rivière. Nous restons près du bord car il y a un serpent dans l’eau. Je ne savais pas que les serpents nageaient aussi bien ! Sur l’emplacement à côté du nôtre, nous rencontrons Bruno, un québécois. Il offre une « tite frette » (=bière fraîche) aux parents. Nous discutons avec lui, il devient une bonne référence pour Papa qui entraîne son accent québécois.

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Andrew et Denise

Des cyclos sont arrivés au camping et ils nous invitent à prendre l’apéro avec eux. Nous discutons pas mal de temps ensemble. Andrew et Denise voyagent pendant une semaine, ils commencent tout juste à se mettre au vélo. Ils habitent Cornwall, à la frontière Ontario-Québec, à une centaine de kilomètres. Ils seront rentrés dans deux jours et nous invitent à dormir chez eux à Cornwall ! Il se fait tard et nous allons nous coucher car nous aimerions nous lever tôt demain matin.


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Longue pause déjeuner près du fleuve

Vendredi, nous partons à 9h après avoir démonté le camp. Nous roulons 20km et faisons une pause dans un parc où Maxime et Papa se baignent. Nous repartons assez rapidement et roulons 20km de plus avant de nous arrêter déjeuner. Le Waterfront Trail suit à peu près le fleuve, nous trouvons donc des parcs assez régulièrement. Nous restons longtemps : lecture, sieste, jeux, baignade. Nous reprenons la route pour 15km. Nous arrivons dans un campground. Nous montons le camp, préparons à manger, prenons nos douches et rentrons dans les tentes pour dormir. Je finis de gonfler mon matelas quand CRAC, il éclate. J’avais déjà eu plusieurs trous ces derniers jours et une alvéole s’était décollée. Mais là, 3 ou 4 alvéoles sont décollées, et il y a une dizaine de trous… Autant dire qu’il est mort… Je vais donc dormir sur la nappe.


Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Piste cyclable au bord du fleuve

Samedi, nous démontons le camp comme d’habitude. Nous passons chez Canadian Tyre pour trouver un nouveau matelas mais ils n’ont que des gros matelas pneumatiques à gonfler à la pompe. Entre temps, Maxime casse sa 2ème paire de lunettes (il avait déjà perdu la visse de la première paire). Nous essayons de trouver un opticien mais il n’y en a pas avant Cornwall. Il mettra donc ses lunettes de soleil toute la journée. Nous allons faire quelques courses et en repartant, nous croisons un cyclotouriste canadien. Nous discutons un peu avec lui. Nous partons enfin, il est déjà presque midi… Nous voulions faire une grosse étape aujourd’hui, mais finalement nous allons surement nous arrêter à Cornwall, cher Andrew et Denise. Nous mangeons à Upper village, dans un grand parc, puis prenons des pistes cyclables jusqu’à Cornwall.

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Départ de chez Andrew Deise Eric et Grace

Nous nous arrêtons chez un opticien pour recoller les lunettes de Max et arrivons chez Andrew et Denise. Leurs enfants sont là aussi : Grace (16 ans) et Eric (étudiant). Ils ont une 3ème fille, Ana mais elle n’est pas là ce soir. Nous rangeons les vélos dans le garage et allons tous dans le salon. Nous mangeons ensuite le dîner préparé par Andrew et Denise : BBQ et salade avec des fraises en dessert. Un vrai régal ! Avec Max et Célia nous regardons un Astérix et Obélix puis moi et Célia rejoignons tout le monde en haut, sur la terrasse. Nous passons une super fin de soirée tous ensemble (musique, discussions), un beau moment de partage !

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
Arrivée au Québec !

Dimanche, le réveil est un peu difficile, nous nous sommes couché tard la veille. Nous descendons, le petit déjeuner est déjà prêt : pancakes aux blueberries avec sirop d’érable, Miam ! Nous mangeons tous ensemble puis chargeons les vélos. Nous avons rencontré une famille géniale, merci à Andrew, Denise, Eric et Grace pour cet accueil et ces moments de partage. Nous quittons Cornwall sous un grand ciel bleu, pas un nuage à l’horizon. Les kilomètres passent plutôt vite ce matin. Nous roulons un peu plus de 40km dans la matinée. Nous nous arrêtons déjeuner dans une cabane en bois au bord de la route, il n’y a pas beaucoup de parcs dans cette zone. Nous repartons et passons tout juste la frontière du Québec ! Cela fait bizarre de se dire que nous n’aurons plus besoin de parler anglais jusqu’à la fin du voyage… C’est déjà le début des « dernières fois » du voyage.

Tour du monde à vélo en famille 2018 2019 :  Canada
La route verte dans la forêt

Nous sommes maintenant sur "la route verte", sur une piste cyclable. Nous faisons une pause au Tim Hortons, c’est vraiment étrange de commander en français ! Je pense que la dernière fois que nous avons commandé quelque chose en français, c’était en France, c’est à dire presque un an ! Nous reprenons les vélos et la piste cyclable continue dans la forêt, c’est très sympa. Nous arrivons à Pointes-des-cascades, dans un camping. Nous avons roulé environ 80km aujourd’hui. Nous montons le camp comme d’habitude, mangeons et allons nous coucher.


Voilà tout pour cette semaine. Nous avons encore fait des rencontres merveilleuses, toutes plus enrichissantes les unes que les autres ! Cet article est certainement le dernier que j’écris : encore une « dernière fois » du voyage. J’espère vous avoir fait voyager un peu avec nous cette année, même si c’est parfois difficile de mettre à l’écrit ce qu’on vit et ce qu’on ressent, tellement les sensations sont intenses !


Maëlle

Dernière mise à jour : 5 juil. 2019


Tour du monde à vélo en famille : Canada, Ontario
Coucher de soleil sur Kingston

Lundi 24 juin 2019, le réveil est tardif. Il a encore plu fort cette nuit, et Léna a vaillamment refroidi les velléités d'un raton laveur qui tentait de "chipper nos cookies" (désolé pour cette sonorité de mots particulièrement désagréable). L'étanchéité de nos tentes devient imparfaite après un an d'usage assez intensif mais finalement nous nous en accommodons. Pour ma part, je me réveille avec une migraine carabinée qui vient sûrement surligner mes quasi 3 nuits blanches de la semaine passée (les bus pas conçus pour les "grands" et le bivouac en milieu urbain un peu animé).

La journée sera donc une succession de siestes, de jeux, de travail et de petites marches dans le parc de Glen Rouge. L'anecdote du jour n'est pas des plus réjouissantes : nous nous faisons voler notre matériel de recharge. Un adaptateur, un hub USB et nos deux batteries portables que nous avions mis à recharger dans les toilettes des femmes (pensant que ce serait plus safe) sur lesquelles nous avions la vue depuis notre camp : envolés. Ce n'est que du matériel, mais ça ne nous empêche pas de regretter le manque d'implication et de mobilisation du staff du camping après cette mystérieuse disparition... Désormais nous serons plus vigilants : j'équipe mon téléphone d'une alarme antivol (une petite appli très efficace) et je le mets systématiquement à charger avec les autres équipements. Au moindre mouvement qu'il subit, il se met à sonner à tue-tête.


Mardi, nous quittons le camping vers 10h00 et rejoignons le Waterfront Trail pour une étape dont nous n'avons pas défini de point d'arrivée, comme bien souvent maintenant. Nous retrouvons le calme de la nature, l'effet bondé du week-end s'étant largement estompé et l'éloignement progressif de Toronto aidant.

Nous nous lançons le défi de ne parler à personne aujourd'hui : ce n'est pas hyper ouvert, mais c'est pour le jeu. Défi rapidement perdu une première fois en fin de matinée dans le très sympathique village d'Ajax où nous nous faisons aborder par un homme, puis ensuite à deux reprises à Oshawa où les gens viennent si souriants nous aborder que nous ne pouvons résister à leur renvoyer leur bonne humeur dans l'échange ! Et puis finalement, c'est tellement énergisant ces rapports de découvertes, profitons-en tant qu'il en est encore temps ! Certaines portions du Waterfront Trail sont sous l'eau, le niveau du lac Ontario étant particulièrement haut du fait des crues récentes. En fin d'après midi nous nous arrêtons dans un parc à Oshawa où nous décidons à l'unanimité de dîner et de nous laver avant d'aller chercher un bivouac. Après la salade grecque, nous reprenons notre route jusqu'à trouver un carré de pelouse parfaitement adapté pour planter le camp, au bord du trail, sur une portion fermée aux véhicules motorisés. La seule âme qui y vive est une tortue qui disparaîtra pendant la nuit. Les moustiques également viennent perturber le montage du camp. Ici comme partout depuis notre départ, les moustiques sont virulents. Paradoxalement, c'est en Asie que nous en avons le moins souffert.



Mercredi matin, la nuit a été calme, nous nous réveillons à l'aube et plions le camp rapidement par souci de discrétion comme toujours. Nous pédalons quelques kilomètres pour trouver un spot décent pour prendre le petit déjeuner. Nous trouvons un parc à 5km dans lequel il y a des tables, de l'eau et des toilettes : parfait pour démarrer la journée. Nous reprenons ensuite notre route sous un grand soleil, en suivant toujours le waterfront trail. Nous faisons une pause en milieu de matinée à Port Darlington où Maxime se rafraîchit dans les jeux d'eau du parc.



Nous déjeunons dans un parc où un groupe de randonneurs retraités vient nous interviewer. Reprenant la route, nous faisons ensuite connaissance avec Jérôme, Karina et leur chien qui entreprennent la traversée du Canada à vélo dans le sens inverse du notre. Nous arrivons ensuite à Port Hope où nous recevons une alerte météorologique de tempête. Effectivement le ciel s'obscurcit sacrément. Nous nous "réfugions" au Tim Hortons et laissons la tempête passer à quelques kilomètres de nous. Nous reprenons ensuite notre route jusqu'à Cobourg et sa "plage". Il y a un camping, cher du fait de l'emplacement en front de mer, et dans lequel s'entassent un maximum de caravanes et de camping cars. Nous votons encore à l'unanimité de privilégier le bivouac sans avoir d'idée précise où aller et malgré l'heure tardive. Léna et les filles profitent que les sanitaires des femmes du camping soient en cours de nettoyage et donc ouverts pour aller y prendre une douche. Maxime et moi allons nous laver dans une espèce de grande fontaine publique d'eau froide. Nous dînons ensuite dans un petit fast food local pour s'éviter de cuisiner et optimiser notre temps de recherche de bivouac. Avant de partir, Célia s'aperçoit qu'elle a oublié son gant de toilette dans les douches du camping. Léna y va, usant d'aplomb pour récupérer des clés lui donnant accès aux douches. Pendant que nous l'attendons, nous sommes abordés par deux hommes, John et Wayne, qui dînent avec leurs compagnes dans un restaurant proche et qui nous ont vu passer. Interloqués, ils viennent s'enquérir de nos plans pour le soir et finalement, John nous propose de camper sur son terrain à 9 km de là. Encore une belle surprise permise par notre absence de planification ! Nous nous y rendons, établissons notre camp et sommes rejoints par John et Barbara qui nous accueillent et par Brenda et Wayne leurs amis. Après avoir fait un peu plus connaissance, Brenda et Wayne rentrent chez eux et nous proposent de passer les voir le lendemain au camping dans lequel ils ont leur caravane pour la saison estivale, sur notre route à 65km de là. Nous actons le rendez-vous ! Puis nous nous couchons pour une bonne nuit au calme.


Jeudi matin, nous nous levons à 6h30, Barbara et John sont déjà frais et dispos ! Ils nous ont préparé un petit déjeuner qu'ils ont établi dans leur camping car. C'est plus précisément un "camping bus" qui vient des Etats-Unis, qui mesure 12m de long et une fois élargi par une pression sur un simple bouton offre 50m² d'espace luxueux ! C'est un véritable appartement dont nous leur avions dit la veille que nous aimerions le visiter.


Tour du monde à vélo en famille : Canada, Ontario

John nous montre également les travaux qu'il réalise pour remettre en état une toute petite caravane de collection : sacré boulot ! Nous prenons ensuite la route pour notre étape de 65km vers Consecon sur la péninsule du Prince Edouard. Nous déjeunons à Brighton, au bord du canal et du pont tournant. Nous arrivons assez tôt au camping où séjournent Brenda et Wayne. Le gérant nous accueille chaleureusement, prévenu de notre venue par Brenda et Wayne qui ont d'ores et déjà réglé les frais de camping pour nous ! Nous montons notre camp et allons nous baigner dans le lac Ontario : l'eau est parfaitement rafraichissante en cette chaude journée.

Brenda et Wayne arrivent au camping en fin d'après midi, et après les avoir chaleureusement remerciés pour leur invitation nous convenons de passer la soirée ensemble autour d'un feu de camp et d'une bonne bouteille de vin. Nous mettons les enfants au lit après le dîner, puis refaisons le monde avec Brenda et Wayne comme prévu. C'est une excellente soirée qui nous permet une fois encore d'avoir accès à un nouveau témoignage de vie : c'est top !


Vendredi, nous démarrons la journée avec Maxime par une baignade dans le lac avant de plier le camp et quitter nos nouveaux amis, Wayne et Brenda.

Nous rejoignons au centre de Consecon, nos amis Toulousains les "Biquets". Gilles, Marie, Téo et Noa passent 3 semaines dans la région et alors qu'ils descendent depuis le Quebec rendre visite à Tom et Jan, nous nous sommes donné rendez-vous pour un pique-nique. Après ce bon moment de partage qui se renouvellera certainement à Montréal dans quelques jours, chacun prend la route à sa façon en sens opposé.

Nous roulons jusqu'à Wellington à une vingtaine de km où nous trouvons un pub qui diffuse le quart de final de la coupe du monde de football féminin : France-USA. Nous passons un bon moment grâce au suspense, malgré la défaite. Puis nous reprenons la route jusqu'à Picton, chez Jocelyn et Ken, qui ont accepté notre sollicitation via warmshower. Chez eux, nous sommes gentiment logés dans la maison car de la pluie est annoncée. L'ambiance est un peu spéciale, disons que c'est un warmshower très fonctionnel. Ils nous avouent avoir accepté notre demande un peu par "pitié", car nous sommes une famille et que c'est le départ d'un week end de 3 jours où ils savent bien que tout est complet partout...Du coup, ça se ressent, et s'ils nous "accommodent" gentiment, ils évitent soigneusement les échanges. Nous pouvons utiliser leur cuisine et dormir sur des lits avec nos sacs de couchage, ce qui pour nous est très bien : une nouvelle expérience !


Samedi, Jocelyn quitte son domicile vers 8h, et Ken s'ouvre du coup un peu plus, ce qui nous permet d'avoir quelques échanges sympathiques avant notre départ sur les coups de 9h. Maxou essaiera même le vélo de course de Jocelyn. Après quelques kilomètres, Ken nous rattrape en voiture pour gentiment nous ramener un sac de barres de céréales que nous avons oublié chez eux...

Nous prenons ensuite le ferry, puis direction Kingston. Nous nous arrêtons déjeuner dans un parc au bord du Saint-Laurent où il y a des ballons en libre service pour que les badauds comme nous puissent se défouler. et c'est ce que nous faisons pour la plus grande joie de Maxime. Nous roulons ensuite jusqu'à Kingston, sans savoir où nous dormirons en ce week-end du Canada Day où tous les campings affichent complets. Nous arrivons dans un grand parc, le Ontario Lake Park où il y a des douches en libre accès. Après avoir réparé une crevaison de la roue avant de Maxou, nous prenons nos douches et cherchons un endroit pour bivouaquer. Il y a un rassemblement de gens venus pour une compétition canine (de chiens) d'agilité et nous voyons plusieurs camping cars parqués manifestement pour la nuit. Nous demandons à voir l'organisatrice à qui nous demandons simplement si c'est possible que nous nous joignions aux participants pour planter nos tentes. On lit dans ses yeux le plaisir que July, l'organisatrice, a de nous permettre de camper avec eux, c'est super ! Avant de monter le camp, nous dinons sous le pavillon du parc.

Nous recevons sur le téléphone une alerte à l'ouragan nous enjoignant de nous mettre à l'abri si le vent se met à forcir. Et c'est ce qui arrive assez subitement : nous mettons les vélos et leur chargement à l'abri dans les toilettes du parc et mangeons abrités derrière le mur du pavillon. Nous montons ensuite notre camp dans la zone de camping du concours canin et passons une bonne nuit dans une configuration exceptionnellement changée : les garçons dans une tente et les filles dans l'autre.


Dimanche matin, nous nous levons tranquillement : le concours canin a déjà démarré !

Un gentil Québecquois, habitué de ce genre de compétitions pour en avoir fait plus de 1000 avec son caniche royal (si si, ça ne s'invente pas !), nous prend par la main pour nous expliquer toutes les subtilités du concours, du repérage des parcours aux différentes épreuves et catégories. C'est très amusant et nous prenons notre petit déjeuner sur une table qui nous permet d'observer les chiens courir, sauter, ramper, slalomer avec une agilité impressionnante. Nous aurons même l'immense honneur de "flatter" (caresser en Québecquois) le fameux caniche royal, vétéran ayant de beaux restes !

L'étape du jour est plutôt tranquille puisqu'il s'agit de remonter à une petite vingtaine de km au nord de Kingston pour aller dans une famille warmshower qui nous accueillera pour la nuit. Nous décidons de passer un peu de temps à Kingston avant d'y aller. Nous passons une bonne heure au festival des arts qui regroupe nombre d'artistes et artisans qui vendent leurs oeuvres et réalisations. C'est vraiment très chouette et il y a beaucoup de talent et d'originalité dans les expositions qui se succèdent. Après avoir pique niqué dans un parc, nous passons une petite heure au Tim Hortons afin que Léna puisse bosser sur le blog, puis nous prenons la route vers la maison de Chris et Abi. Nous y sommes accueillis par toute la famille Abi, Chris et leurs 4 enfants. Le contact s'établit directement et très chaleureusement. Maxime part rapidement jouer avec les garçons au foot, à des jeux d'eau et ils profitent de la piscine pour se baigner : ça lui fait le plus grand bien de voir un peu des copains de son âge.

Pendant ce temps, Abi nous fait découvrir les poules, les ruches, les cochons, le potager ! C'est incroyable comme ces nouveaux amis nous font penser à Anne-Claire , Bertrand et leur famille que nous avions appris à connaître à Belfort : beaucoup de similitudes, il faudra qu'ils se rencontrent ceux là ! Nous passons une excellente soirée autour d'un dîner des produits de la maison qui se prolonge en discussions passionnées pendant que les 7 enfants font une partie de Cluedo endiablée. Nous allons nous coucher avec la perspective de participer à la visite des ruches le lendemain et celle de retrouver Florian et Salomé sur la route.


Une nouvelle semaine qui s'achève ainsi, pleine de belles rencontres. Nous n'aurons cette semaine passé qu'une nuit "payante"dans un camping, et c'est là que nous nous sommes fait voler des équipements... Ça fait quand même sacrément réfléchir non ? On imaginerait bien volontiers que la non-gratuité amènerait la sécurité. C'est dans la tête et dans nos croyances, mais un bivouac bien choisi est plus safe qu'un camping mal fréquenté (c'était la leçon sociologique du jour !).

Je redoutais le début de l'été et des vacances scolaires, et le fait que ce soit notre dernier mois de voyage, que je voyais comme un risque de passer du mode aventure au mode vacances classiques : force est de constater que ce n'était pas fondé. Continuons à vivre au jour le jour et nous continuerons à être surpris !


Gilles

Lundi 17 juin 2019, le bus arrive à 8h45 en plein centre de Manhattan. Direction le Starbuck café pour faire  comme tous les New Yorkais que nous croisons: café latte, tea chai latte et hot chocolate. Puis nous nous dirigeons vers l’Empire State Building et nous prenons en chemin un petit truc à manger pour finir de remplir nos estomacs. L’Empire State Building nous offre une belle vue de New York du haut de son 86ème étage. Cette tour a été construite en 1930 en seulement 410 jours, c’est impressionnant.



Nous poursuivons notre route en déambulant dans les rues et atterrissons à Macy’s, l’un des plus grands magasins de New York. Puis nous partons vers Central Park en passant par Times Square, avec ses écrans géants et ses affiches de spectacles.



Nous sommes accueillis à Central Park par des écureuils. Ils ne sont pas farouches. Nous cherchons un coin d’herbe sous les arbres et nous y posons pour faire la sieste. A l’exception de Maxime qui préfère jouer avec mon téléphone, tout le monde s’endort et les quelques gouttes de pluie ne nous dérangent pas. 15h45, le réveil sonne, nous émergeons doucement et reprenons notre route.



Nous avons rendez-vous à la Grande Gare Centrale à 17h45 avec Yves, un cousin de Gilles qui nous héberge pendant notre séjour à New York. Nous remontons Madison Avenue et ses boutiques de luxe.


Tour du monde en vélo en famille - New York
Hall de la Gare Centrale - New York

Nous arrivons à la Grande Gare. En entrant, j’ai l’impression d’avoir déjà vu ce lieu, probablement dans un film. Le hall est magnifique, sobre, immense. Sur le plafond, sont représentées des constellations. Les guichets et le point d’information sont comme d’origine. Nous achetons nos billets, nous nous posons dans un café car nous avons un peu d’avance et retournons dans le hall Gare Centrale.



Yves nous rejoint, embrassades puis nous le suivons dans le flux des couloirs pour prendre le train. Après 35 minutes de trajet, nous arrivons à Mamaroneck, quartier situé au vert, au nord de New York, près de la mer. Nous sommes accueillis par Nikki, Alexandra et Massimo. Yves et Nikki nous montrent où nous logerons : les anciennes écuries rénovées en maison, avec les placards et frigo remplis uniquement pour nous.  Nous n’en demandions pas autant. Petite douche puis apéro et barbecue. Que du bonheur !!! 


Mardi, nous n’avons pas mis de réveil et nous levons tranquillement. Alexandra nous amène à la gare en voiture. Aujourd’hui, nous avons prévu de visiter le Moma, le muséum of modern art. Nous nous y rendons à pied depuis la gare centrale malgré la pluie. Nous ne trouvons pas l’entrée du musée car il y a des travaux autour du bâtiment. En demandant notre chemin à l’un des ouvriers, celui-ci nous apprend que le Moma est fermé pour travaux jusqu’à fin octobre. Nous nous rabattons sur la boutique qui présente des produits originaux et nous prenons tous plaisir à être dans cette petite boutique. Nikki nous a parlé d’un lieu sur la réalité virtuelle. Nous décidons d’y aller. Il est déjà 14h quand nous y arrivons. Nous cherchons une épicerie où acheter du pain afin de faire des sandwichs. Impossible d’en trouver. Au bout d’un quart d’heure, nous comprenons que les pharmacies sont également des supermarchés et trouvons notre bonheur. Nous faisons nos sandwichs dans 2 mètres carrés au sec, les avalons et  allons au  VR World. En fait, ce site n’est pas un musée sur la réalité virtuelle mais un grand espace avec des jeux et films de réalité virtuelle. Les enfants et moi commençons par une course de voiture. J’ai dû mal à terminer la course, je commence à avoir le mal de mer. Ce sera le seul jeu pour moi cet après-midi. Gilles et les enfants s’éclatent, Gilles fait quelques pauses quand il sent qu’il ne va pas être bien.



Après deux heures d’écrans, nous reprenons l’air et l’eau, il pleut toujours. Nous testons Dunkin Donut, une enseigne que nous voyons partout et nous régalons. Nous rejoignons ensuite la gare centrale à pied et prenons le train pour rentrer à Mamaroneck.



Nous passons la soirée tranquillement tous les 5, Gilles et Maxime jouent à la X box (ils n’ont pas eu assez d’écrans aujourd’hui...) et allons-nous coucher tôt.








Mercredi, le réveil sonne à 6h30. Le départ est prévu à 8h avec Nikki qui nous amène à la gare. Ce matin, nous empruntons la High Line, c’est une balade suspendue aménagée sur une ancienne ligne de train. C’est vraiment chouette. Tous les styles architecturaux se côtoient et c’est également verdoyant.



Nous passons à Chelsea Market puis déambulons dans Soho. Nous apprécions ce quartier car il n’y a pas tour et c’est agréable de s’y promener.



En début d’après-midi, nous allons au World Trade Center et visitons le mémorial du 11 septembre qui retrace les événements du 11 septembre 2001 ainsi que la reconstruction du World Trade Center. Des fontaines ont remplacé les Twin Towers. La visite est très émouvante surtout quand nous arrivons face aux murs tapissés des photos des victimes.




Pour finir, nous nous rendons à Wall Street puis rentrons à Mamaroneck. Ce soir, Nikki et Yves nous ont encore préparé un repas fabuleux. C’est déjà l’heure des au revoirs avec Yves et Alexandra qui partent travailler tôt demain matin.






Jeudi, nous nous préparons et faisons nos sacs à dos puis passons dire bonjour et au revoir à Nikki et Massimo. Nikki nous amène à la gare. Aujourd’hui, nous allons voir la statue de la Liberté ainsi qu’Elis Island. En arrivant sur le site, nous sommes alpagués par une femme qui porte un T shirt « Ask me » et qui laisse penser qu’il s’agit d’une hôtesse qui guide les touristes. Elle nous dit qu’il n’y a plus de billet pour aller à Elis Island et elle nous propose de prendre un autre bateau et etc... Elle insiste tellement que nous déclinons sa proposition et elle n’est pas contente. Nous avons bien fait, c’est un attrape touriste et nous prenons nos billets et nous rendons sur le bateau. Je suis vraiment contente de voir la statue de la Liberté. Je ne pensais que cela m’aurait procuré autant d’émotion. Puis nous débarquons sur Elis Island et allons visiter le musée de l’Immigration. Dans un premier temps, nous allons voir les salles qui expliquent le fonctionnement d’Elis Island quand les immigrants arrivaient en masse et ensuite nous nous dirigeons vers l’exposition sur l’immigration aux Etats-Unis.



Il est déjà tard quand nous sortons, pas loin de 15h30. Nous entendons  un énorme orage et retournons nous réfugier avant que la pluie n’éclate. Après un quart d'heure, la météo est de nouveau clémente. Nous allons faire la queue pour aller prendre le bateau. Quelques minutes plus tard, une pluie s’abat sur nous. Nous ne pouvons pas nous abriter et sommes trempés de la tête au pied. Dans le bateau, Gilles vide ses chaussures et essore ses chaussettes. Nous allons nous mettre au sec pour le déjeuner et séchons tranquillement. Nous errons ensuite dans les rues de New York puis prenons le métro et allons rejoindre le lieu où nous devons prendre le bus de nuit qui nous ramènera à Toronto. L’arrêt est à proximité de la High Line. Nous nous y rendons en attendant le bus et finissons de sécher au soleil.



C’est l’heure d’aller faire la queue pour le bus. Celui-ci part avec une demi heure de retard. Pas de pluie cette fois-ci, nous sommes quasiment secs en entrant. La nuit est plus entrecoupée que celle de l’aller. Beaucoup de personnes descendent aux arrêts intermédiaires et nous ne sommes finalement pas très nombreux à nous rendre jusqu’à Toronto. 


Vendredi, 9h, nous sommes à Toronto. Nous reprenons nos habitudes canadiennes et allons prendre une boisson chaude au Tim Hortons. Nous nous rendons ensuite à Kensington Market, en passant par le quartier chinois. Kensington Market est fait de maisons colorée et de diverses enseignes. C’est très joli et cela contraste avec les buildings.



Avant d’aller prendre le bus pour Hamilton, , nous empruntons une énorme galerie souterraine et profitons de la food court.



Il est 13h, nous grimpons dans le bus et nous endormons en moins d’un quart d’heure. A notre arrivée à Hamilton, nous reprenons deux bus et arrivons enfin chez Jan et Thomas. L’accueil est toujours aussi chaleureux. Maxime est heureux de retrouver Ash, le chien. Les garçons partent jouer au foot et promener Ash. Célia termine son article de blog. Je fais une lessive. Nous nous régalons avec un bon dîner et nous couchons tôt.


Samedi, réveil à 8h et remballage des sacoches. Jan a préparé un super bon pain perdu pour le petit déjeuner. Il fait beau et pouvons déjeuner dehors.


Il est 11h30 quand nous quittons Jan, Thomas et Emma. C’est parti pour nos dernières semaines de vélo. Nous nous arrêtons faire le pleins de vivres. Maxime m’accompagne pendant que Gilles et les filles regonflent les pneus des vélos, qui après plus de 15 jours de pause en ont besoin.




Nous rejoignons le Waterfront Trail, chemin aménagé qui longe le lac Ontario. Le soleil est avec nous et cela fait du bien.



Gilles a repéré un camping à une cinquantaine de kilomètres. Quand nous nous en approchons, nous nous rendons compte que s’y rendre, nous fait faire un détour de 15 km. Nous décidons donc à l’unanimité de faire un bivouac, même si nous sommes en milieu urbain.


Nous nous arrêtons au parc suivant pour dîner et faire notre toilette de chat. Il y a du monde partout, les gens sont en famille, dînent, jouent, fêtent un anniversaire, pour la majorité d’origine indienne. J’aime bien cette ambiance. Puis nous partons à la recherche d’un bivouac. Nous repérons des sites boisés mais des panneaux indiquent la présence de coyotes et nous préférons éviter. Nous en apercevons un en lumière de bois. Nous poursuivons et trouvons une petite étendue enherbée à l’abri des regards. Nous plantons les tentes et nous couchons.


Dimanche, le réveil sonne à 6h30. Nous plions le camp sans faire de bruit. Une voiture de police vient de se garer à l’arrière de notre emplacement. Apparemment, elle ne vient pas pour nous déloger mais inspecter le parking. Gilles a entendu de nombreux allers et venues cette nuit. D’ailleurs la nuit n’a pas été très bonne pour lui. Nous pédalons un peu et trouvons une table au soleil, face au lac. C’est magnifique. Célia et Maxime s’amusent à construire des pyramides de galets. Maxime repère de nombreux fossiles de coquillages sur les galets. C’est étonnant d’en voir autant.



Nous poursuivons notre route, toujours en longeant le lac Ontario. Nous arrivons à Toronto. C’est dimanche, il fait très beau et il y a donc beaucoup de monde en bord de lac. Par contre, personne ne se baigne, la qualité de l’eau l’interdit. C’est un peu frustrant étant donné la chaleur. Le long du Waterfront Trail, de nombreux jeux d’eau sont installés et Maxime en a profité ce midi. Bien que le trail soit bondé, c’est agréable de pouvoir traverser la ville par une piste cyclable.



En début de soirée, nous arrivons enfin à un camping situé à une vingtaine de kilomètres. La journée nous a paru longue et nous avons eu l’impression de ne pas avancer. Le Waterfront Trail fait beaucoup de détours sur cette section et les kilomètres s’accumulent sans que nous avancions réellement. Demain, la météo prévoit de la pluie. Nous décidons donc de faire un jour de pause. Dîner puis tous au lit. 


Mes petits bonheurs de la semaine :

  • La sieste à Central Park.

  • Les bons dîners avec Nikki et Yves (grillade de bœuf/purée/sauce aux cèpes/fraises-glace et poulet au barbecue/riz au lait de coco/sauce à la cacahuète/tarte aux fruits et tarte au citron). 

  • Le bon poulet rôti, pommes de terre, légumes au barbecue avec Jan et Thomas.

  • Le petit-déjeuner samedi matin, dans le jardin autour d’un délicieux pain perdu.

  • Remonter sur mon vélo et retrouver notre tente après plus de 15 jours de pause.

  • Observer les chipmunks et les écureuils.

  • Le petit déjeuner au bord du lac Ontario.

  • Regarder le lac Ontario.

  • Voir des familles réunies dans les parcs partager des repas et de bons moments ensemble

  • Et encore pleins d’autres...


Encore un grand merci pour vos messages et encouragements. La fin du voyage approche. C’est l’avant-dernier article que j’écris. Nikki m’a demandé quelle serait la première chose que je ferai en rentrant à la maison. Je n’en ai aucune idée et ne réalise pas que cette aventure à vélo va prendre bientôt fin. Par contre, je suis sûre qu'une nouvelle aventure nous attend après ce voyage.


A très bientôt


Léna 


LE BLOG DE MAXOU


Le World Trade Center dessiné par Maxime

Avant le 1er septembre 2001 . Maintenant